AfriqueLes infos

AFR : Une proposition africaine pour reformer la FIFA et la CAF

NAZIM BESSOL

Le document proposé par la Fédération zambienne de football (FAZ), présidée par Andrew Kamanga (voir sur nos sites Footafrique.com et Botola.dz) sous le titre « le document qui fait trembler la FIFA et la CAF), aux deux instances internationales n’a pas fait que des heureux au Caire et continue de susciter certaines résistances. En effet, selon nos informations, la CAF avait refusé dans un premier temps de l’inscrire à l’ordre du jour, puis l’auteur de la proposition avait été invité à la soumettre et à la partager avec la Commission des réformes. Une option qu’Andrew Kamanga a refusé, usant de son droit statutaire, contenu dans les articles 6.1 (b) et 17 (8) des statuts de la CAF, qui l’autorise à soumettre un point à inclure dans l’ordre du jour de l’AG. La CAF a alors justifié à nouveau son refus d’inscrire la proposition de la FAZ à l’ordre du jour de la prochaine AG par le fait qu’elle n’émane que d’une seule Association, alors que toute demande de modification des statuts doit être portée par au moins deux autres Fédérations.

Un argument réfuté par la FAZ qui a bien expliqué qu’il n’était nullement question d’une demande de modification des statuts, bien que sa proposition induise une réécriture des textes, si elle devait être validée par l’assemblée générale. Le président Andrew Kamanga, qui a eu à en discuter avec le président de la FIFA, Gianni Infantino, à Paris, en marge de la finale de la Ligue des champions de l’UEFA, propose de geler la prochaine échéance électorale du Comité exécutif, en mars 2023, et ce, dans le « cadre des mesures transitoires permettant l’implémentation de la proposition. Les six (6) membres restants, ainsi que les sept (7) membres du Conseil de la FIFA, peuvent former un « Comité exécutif transitoire » jusqu’à expiration, en mars 2025, de tous les mandats en cours. », indique le président de la FAZ dans le document transmis au secrétariat général de la CAF. Une option qui en off trouve de nombreux soutiens, notamment dans la zone CECAFA qui bénéficierait d’un siège au Conseil de la FIFA.
NB

Bouton retour en haut de la page