AfriqueCAN 2023Les infosMEDIAS

AFR : L’arbitrage au plus offrant a faussé la CAN !

Envoyé spécial à Abidjan, Djamel Ouaglal

Il n’y a pas que l’Algérie qui s’est plaint de l’arbitrage lors de cette Coupe d’Afrique des nations (CAN-2023). La Tunisie avait également dénoncé le comportement arbitral et c’est au tour du Sénégal de subir l’injustice des décisions des « hommes en noir ». Lundi, l’arbitre gabonais, Pierre Ghislain Atcho, curieusement désigné arbitre de la VAR lors des deux premiers matches de suite de l’Algérie (Angola et Burkina Faso) où il n’était jamais intervenu dans des actions litigieuses en faveur des Verts. Il en a été ainsi pour le penalty flagrant où sur une remise de la tête de Slimani, le ballon a tapé la main décollée du corps d’un défenseur face à l’Angola ou encore ces deux actions litigieuses à l’intérieur de la surface de réparation, qui demandaient son intervention devant le Burkina Faso.

En tant qu’arbitre-directeur de Sénégal – Côte d’Ivoire, il a manifestement faussé le résultat. D’ailleurs à la fin du match, il a subi le courroux des joueurs sénégalais. La frustration a atteint son paroxysme au point où le latéral droit Krépin Diatta l’a traité de corrompu. «Vous êtes des corrompus. Gardez votre coupe d’Afrique», a-t-il pesté dans la zone mixte après le match. Les Sénégalais reprochent à Pierre Ghislain Atcho de ne pas avoir consulté la vidéo sur des actions qui exigent son intervention. Ils sont allés jusqu’à dénoncer l’attitude des arbitres et dire qu’«Ils ont tué la compétition». Il faut dire que Pierre Ghislain Atcho n’a pas uniquement défavorisé le Sénégal puisqu’une autre action controversée aurait pu changer le cours du match. L’intervention de Sadio Mané sur Ibrahim Sangaré, qui aurait pu entraîner un carton rouge. Après les 8es de finale, le tournoi tire à sa fin.

Si sur le plan organisationnel les choses se sont déroulées normalement, la question sur l’équité de l’arbitrage est soule- vée. Incontestablement, c’est le point noir de cette Coupe d’Afrique des nations (CAN-2023).

De notre envoyé spécial à Abidjan, Djamel Ouaglal

 

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité