AlgérieFootball algérienLes infos

ALG : Quel est le statut de l’assistant VAR ?

AB. LAHOUARI

Si sur le plan international les règlements du football permettent la pos- sibilité à un club de récuser un arbitre, naturellement avec des arguments solides, il y a lieu de se demander s’il est permis de le faire également pour ce qui est d’un assistant vidéo de la VAR. Possède-t-il un règlement ou un statut particulier ? C’est une question à l’ordre du jour, à laquelle est confron- tée la direction administrative de l’USM Alger, quand bien même l’assistant VAR serait telle une épée de Damo- clès mais qui ne possède pas encore
le pouvoir discrétionnaire de l’arbitre, seul juge sur le terrain. Plus tard peut- être, si le football est dirigé, dans les années à venir, par une intelligence artificielle.

La Confédération africaine de football a désigné à la VAR, pour les matchs aller – retour de la demi-finale de la Coupe de la CAF contre le RS Berkane du Maroc, les arbitres, Tom Abongile d’Afrique du Sud et Pierre-Ghislain Atcho du Gabon. Les deux assistants vidéo n’ont pas bonne presse car, lors de la dernière édition de la Coupe d’Afrique des Nations en Côte d’Ivoire, ils ont suscité dans l’entourage de la CAF et du public des soupçons ayant pesé sur les résultats des matchs, notamment de l’Algérie. Et cette der- nière avait même déposé une réclama- tion officielle auprès de la Commission d’arbitrage de la CAN durant la compétition. Sans résultat.

Aussi l’USM Alger, tenante du titre, a-t-elle pris les devants en saisissant la FAF pour solliciter un autre duo de
la VAR. Une initiative qui n’est pas fortuite devant les enfumages dont est devenu maître le président de la Fédération marocaine de football et membre du CE de la CAF, Fouzi Lekjaa, qui a la main mise sur la Commission d’arbitrage de l’instance continentale. Il est également un dirigeant patenté du RS Berkane et il ne s’en cache pas, allant jusqu’à agressé physiquement un arbitre international éthiopien, sans pour autant s’excuser. De ce fait, la FAF va-t-elle obtenir gain de cause ou bien la CAF va-t-elle, une nouvelle fois, ignorer la requête de l’USM Alger ?

Du résultat de cette plainte de la FAF, seule habilitée à saisir la CAF, dépendra de son influence actuelle au sein de la maison du Caire. Lors des dernières élections pour la présidence, des promesses ont été faites pour reprendre son rang. A voir !
– AB. LAHOUARI

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité