AfriqueCAFLes infos

CAN : La CAF «dément tout report», mais…

NAZIM BESSOL

Malmenée depuis plus d’une dizaine d’années, la CAN-2025 ne fera pas exception, après les différents chamboulements que l’instance mondiale, la FIFA, a apportés au calendrier et aux formats de ses compétitions (Coupe du monde des clubs, augmentation des équipes en Coupe du monde des nations). Des changements qui impactent directement la tenue de la 35e édition de la Coupe d’Afrique des Nations, sortie de son cycle biennal « naturel » depuis 2017, et la chute du Camerounais Issa Hayatou.

Prévue au Maroc, désigné pays hôte, au mois de septembre dernier, alors même que ses infrastructures sont loin d’être prêtes (il a soumissionné avec des projets de rénovation et de construction), la CAN-2025 ne devrait donc pas, selon toute vraisemblance, se jouer l’année prochaine. «Nous pourrions jouer la CAN après la Coupe du monde des clubs, mais est-ce que ce serait dans l’intérêt des joueurs, qui ont joué toute la saison, d’aller en Amérique pour revenir par- ticiper immédiatement à la CAN ensuite ?», s’est interrogé Veron Mosengo-Omba au micro de BBC. «Nous devons faire la part des choses avant de prendre une décision», a-t-il poursuivi sans fournir une date précise.

Des propos qui ont alimenté la thèse du report, puisque le calendrier international est déjà très chargé. Mais face à la polémique et la multiplication des critiques, la CAF a tenu à démentir tout report. «Les annonces concernant un éventuel report de la CAN-2025 sont fausses. Le Comité exécutif de la CAF se réunira pour délibérer et prendre une décision», a indiqué l’instance sur son compte X. Mais, l’instance, présidée par le Sud-Africain Patrice Motsepe, peine aussi à « caser » la CAN féminine qui devait se tenir initialement cette année, avant d’être reportée, pour cause de participation de sélections africaines aux Jeux Olympique de Paris-2024, cet été. «Si elle (la CAN féminine) est reportée ou annulée, ce sera une énorme déception», a déclaré Desiree Ellis, le sélectionneur de l’Afrique du Sud, tenant du titre. Un flou qui confirme une double tendance : l’incapacité de la CAF à maîtriser son calendrier et la seconde, beaucoup plus alarmiste pour ses finances et son avenir, celle qui consiste à créer les condi- tions d’un passage de la CAN tous les 4 ans !
– NAZIM BESSOL

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité