Les InfosMaghrebMAROC

CAN FUTSAL : Les Algériens des instances sportives internationales dénoncent l’accord AHMAD – FRMF

ABL

Réunis à Alger au siège du Fonds National de la Promotion des Initiatives des Jeunes et des Pratiques Sportives, les représentants algériens dans les instances sportives internationales (Arabes, Méditerranéennes, Africaines et mondiales), ont tenu à « dénoncer avec vigueur » la domiciliation de la CAN Futsal 2020 dans la ville de Laâyoune occupée (Sahara Occidental). Le communiqué sanctionnant cette réunion a été transmis à l’Union Africaine, ainsi qu’aux instances régionales et mondiales du sport : L’ACNOA, L’UCSA, LES UNIONS ET CONFEDERATIONS SPORTIVES AFRICAINES, LE CIO, L’ASOIF, LA FIFA, LA CAF.

Le communiqué intégral :

« Nous, représentants Algériens au sein des Instances Sportives Internationales (Arabes, Méditerranéennes, Africaines et mondiales), réunis le 23 janvier 2020 à Alger, siège du Fonds National de la Promotion des Initiatives des Jeunes et des Pratiques Sportives, dénonçons avec vigueur l’accord émis par la Confédération Africaine de Football à la décision de la Fédération Royale Marocaine du football quant à l’organisation, du 28 janvier au 5 février 2020, de la CAN
2020 de Futsal dans la ville de Laâyoune-Sahara Occidental, ayant statut de zone occupée et ce, en violation des statuts de la CAF, de la FIFA, des principes de la Charte et des idéaux olympiques ainsi que de la charte de l’Union Africaine.

Cette décision qui vise à la normalisation de l’occupation du Sahara Occidental et de mettre la communauté africaine et internationale devant le fait accompli, a été prise en violation totale et flagrante avec l’éthique sportive et la légalité internationale, du fait de la nature du conflit au Sahara Occidental dont le dossier est toujours traité par les organes habilités de l’ONU comme une question de décolonisation. A ce titre, nous exprimons notre grande inquiétude et notre indignation pour le dangereux glissement dans lequel le Mouvement Sportif africain risque d’être entraîné avec les
déchirements aux conséquences incalculables et les dangers réels qu’il encoure, et demandons l’annulation de cette décision. Nous lançons, par la même, un appel pressant au boycott de cette compétition, tant que la CAF et les organisateurs persistent à maintenir cette domiciliation au niveau
de ce territoire  lequel l’organisateur n’a pas de souveraineté.»

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité