AfriqueCAFLes Infos

CAF : Anouma pour brouiller les cartes

LR -

A 19 jours de la date limite du dépôt de candidature (12 novembre) pour la présidence de la CAF, aucun Ivoirien n’a formulé une demande. Mais un solide concurrent pourrait brouiller toutes les cartes : Jacques Anouma. Alors que l’Assemblée Générale élective de la faîtière du
ballon rond continental, annoncée pour le 12 mars 2021, au Maroc, pointe à l’horizon, c’est le calme plat du côté de la Côte d’Ivoire. L’élection, qui désignera le successeur du Malgache,
Ahmad Ahmad, ne semble pas intéresser, apparemment, les acteurs du sport roi local. Il en est de même pour l’ex-locataire de la maison de verre de Treichville, Jacques Anouma.
Cet habitué des arcanes de la CAF et de la FIFA, qui a été empêché de briguer la présidence de l’institution du football africain, en 2013, face à Issa Hayatou, est resté muet, jusqu’ici, sur son intention de se lancer, à nouveau, dans la course à la présidence de cette organisation. Interrogé, le vendredi 23 octobre dernier, dans la matinée, le remplaçant de feu Dieng Ousseynou a fait une révélation inattendue.

‘’ Il faut que vous sachiez que toutes les élections auxquelles j’ai participé, 2002, 2006 et 2011, j’avais chaque fois mon destin entre mes mains. Ça n’a plus été le cas en 2015 pour
la FIFA’’, a-t-il annoncé d’entrée. Selon le natif de Memni, son élection (2006) et sa réélection (2011) au sein du gouvernement du football ont eu lieu lorsqu’il présidait aux destinées de l’organe dirigeant de la discipline reine. A la question de savoir s’il serait un prétendant au fauteuil d’Ahmad Ahmad, l’ancien locataire de la maison de verre de Treichville n’a pas
confirmé, ni infirmé sa décision de présenter sa candidature à la présidence de la CAF.

En effet, les conditions à remplir pour être candidat à la présidence de l’organisation du football continental indiquent clairement qu’il faut être soutenu par écrit, au moins par trois
Associations nationales membres, dont obligatoirement son Association nationale membre. On comprend dès lors aisément pourquoi Jacques Anouma veut s’entourer de toutes les
garanties, au niveau local, avant de s’engager dans l’aventure de la présidentielle de la CAF. « Avant de me lancer dans une telle compétition, il faut que je sois sûr d’avoir mon destin
en main. Il y a beaucoup de conditions à remplir avant toute décision. Il ne faut pas aller trop vite en besogne. Il faut savoir que si je m’engage, ce n’est pas seulement ma personne.
J’engage en même temps la Côte d’Ivoire, l’institution fédérale, les clubs et aussi plusieurs présidents de Fédérations ’’, a-t-il conclu.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité