AlgérieFootball algérienLes infos

ALG : Slimani, un chômage plombant !

RACHID BELARBI

En écartant Islam Slimani de son projet de jeu, tout en recentrant toute l’attention sur Baghdad Bounedjah, le sélectionneur national a fait le choix de ne plus composer avec le meilleur buteur de l’histoire des Verts. Définitivement ?

L’image a d’abord amusé la galerie avant de créer un sentiment collectif de nostalgie comme seul le football peut véhiculer à distance. En total mode farniente, Riyad Mahrez, Raïs M’Bolhi et Islam Slimani partageaient sur les réseaux sociaux un cliché, les montrant tout sourire, tenue estivale décontractée et bobs vissés sur la tête comme pour confirmer qu’ils passaient d’agréables vacances, au moment où l’EN arrachait un succès de haute lutte à Kampala, chez des Ougandais accrocheurs, pour se replacer dans la course à la qualification au Mondial 2026.
Petkovic affichait, lui aussi, un sourire, forcément soulagé d’avoir pu éviter le piège tendu par le rusé Paul Put, trois jours après avoir été giflé par la Guinée de Kaba Diawara, à Alger. A la satisfaction d’avoir relevé la tête en Afrique subsaharienne, au surlendemain d’une glissade à domicile, est, ainsi, venue s’ajouter celle de l’avoir fait sans trois légendes vivantes du sport à onze du pays, dont il coache désormais la sélection : le meilleur buteur de l’histoire sexagénaire de cette EN, son meilleur passeur et certainement son meilleur gardien.

Invité plutôt que convoqué

Il faut également dire que ces trois-là l’ont bien aidé, chacun à sa manière, pour ne pas se rendre indispensables ! Mahrez avec sa fameuse demande de dispense temporaire que la FAF et Petkovic ont prise pour un souhait de retraite anticipée ; M’Bolhi en faisant le choix de toucher le demi-milliard au Chabab de Belouizdad sans jouer et Slimani qui est allé se perdre à Malines en croyant bénéficier ad vitam aeternam de la complaisance de Djamel Belmadi.
Mais s’il lui fallait seulement claquer quelques buts, quand bien même dans un championnat mineur, pour donner un argument valable à l’ex-sélectionneur pour lui réserver le maillot floqué du numéro 9, l’ancien sportingman de Lisbonne a bien compris qu’il lui fallait, désormais, beaucoup plus pour «mériter» la confiance du nouveau patron technique des Verts. Des trois mondialistes 2014 et champions d’Afrique des nations 2019, c’est justement le retour de Slimani qui paraît le plus improbable à l’heure actuelle, et ce, pour plusieurs raisons.

Ses choix l’ont pénalisé

Le fait de l’avoir invité à suivre de la tribune la rencontre face à la Guinée, alors qu’il était parfaitement sélectionnable, ne laisse, en effet, aucun doute sur les intentions de Petkovic à son égard. D’autant plus que la confiance affichée à l’égard du buteur en finale de la CAN égyptienne ainsi que les rappels de Yassine Benzia et Moncef Bekrar, en dépit de leurs statistiques faméliques entre mars et juin, laissent réellement à penser que le successeur de Belmadi voit beaucoup plus Slimani comme un élément de décor du passé que comme un attaquant d’avenir, quand bien même juste pour dépanner le temps de permettre aux jeunes loups, comme Gouiri et Amoura, de s’aguerrir et d’emmagasiner l’expérience nécessaire à ce niveau.

Petko compte sur les jeunes loups

Vladimir Petkovic ne se voit, en effet, pas négocier une qualification en Coupe du monde avec un avant-centre qui comptera 38 printemps au moment du coup d’envoi du tournoi planétaire, au moment où il a sous la main des éléments beaucoup plus jeunes et qui évoluent à un niveau respectable, contrairement à Slimani qui peine à faire preuve de régularité ou d’enchaîner les performances sous le même maillot comme le suggèrent ses interminables mutations d’une ville à une autre et d’un continent à l’autre. Toujours au chômage technique depuis la fin de sa courte aventure à Malines, le meilleur buteur de la sélection au mondial brésilien de 2014 ne sera certainement pas de la liste de septembre de Petkovic. Ni des suivantes.

RACHID BELARBI 

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité