AlgérieFootball algérienLes infos

ALG : Revoilà le dégagisme et les fausses postures

LAFORDASSE

A quelques jours de la grande fête du football (la finale de la Coupe d’Algérie), la famille du football a été secouée par la convocation des trois anciens présidents de la Fédération, ainsi que plusieurs élus, employés, fournisseurs… par les services de sécurité et la justice. Et, le 1er juillet dernier, le parquet près le tribunal pénal national économique et financier a annon- cé l’ouverture d’une enquête « à la suite d’informations reçues sur des soupçons de corruption », indiquait un communiqué.

Assez pour qu’un tribunal médiatique de sous-traitants s’installe et s’emballe dans l’hystérie pour qualifier cette enquête comme le plus gros scandale de l’instance fédérale depuis 1962 ! Assez pour jeter en pâture de nombreuses personnalités, sans aucun respect ni à la présomption d’innocence, ni à l’enquête pour « soup- çons de corruption » toujours en cours. Certains se sont érigés en clairvoyants, à l’image de Madame Soleil toujours aussi attachée à sa boule de cristal. Pourtant, elle lui a souvent fait dire n’importe quoi (à l’image du dossier de l’USMA). Elle s’est livrée cette fois-ci à un exercice des plus périlleux, duquel se dégage une forte odeur nauséabonde.

Fervente militante du dégagisme, elle en appelle pour la énième fois « au départ de tout le monde, tout de suite ! » La solution du pire ! le traitement par le vide, sans apporter à aucun moment les solutions de rechange, ni comment procéder à l’éviction d’un ensemble de responsables, de plus des élus ! Sans non plus préciser au nom de quoi et à quel titre, elle exige le départ de tout ce beau monde ? Une posture, encore une, très loin de la réalité du terrain. Le dégagisme que certains ont appelé de leurs vœux pieux, il y a quelques années de cela, était la garantie et la recette trouvée par certains appren- tis sorciers pour tenter de mettre l’Algérie à genoux.

Cela n’a pas été possible et ne le sera pas non plus dans notre football, car confondre la nécessité d’un changement et le dégagisme, c’est faire preuve d’une légèreté dans l’analyse et un manque de vision et de projet. Pourtant, la solution est toute simple, elle consiste en l’application des lois de la République, à commencer par le décret exécutif n° 22-309 du 12 septembre 2022, et la composante de l’assemblée générale de la FAF est assurée de changer du tout au tout. Mais le processus de mise en conformité des statuts est devenu un tabou pour l’ensemble des sous-traitants.

Il priverait, à coup sûr, plusieurs de leurs mentors, à commencer par l’actuel gestionnaire de la Fédération d’une possible candidature en 2025 ! Quant à Madame Soleil, sa condamnation pour diffamation par la FAF d’entre 2017 et 2023 et les privilèges obtenus risqueraient fort de lui porter préjudice dans les jours à venir.

Voir Aussi
Fermer
Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité