AlgérieFootball algérienLes infos

ALG : Quand Izquierdo fait tomber les masques

LAFORDASSE

Le vieux logiciel est périmé ! Qu’on se mette d’accord : il ne s’agit pas de parler du Girona FC, le club-ré- vélation en Liga de l’actuelle saison 2023/2024, mais de Vicente Girona Izquierdo, l’ancien directeur technique de l’académie de la Fédération algérienne de football, qui était basée à Khemis Miliana. Ce technicien espagnol a fait l’actualité ces derniers jours pour avoir recouru à la FIFA pour revendiquer ses salaires impayés sur pratiquement une année (2022-2023). Une affaire banale, sauf que balancée à la presse, elle a révélé au moins deux aspects : l’incompétence d’une fédération et son utilisation sournoise à desseins.

S’agissant d’un simple acte de gestion, la fédération aurait pu et dû s’acquitter des salaires d’un de ses employés, engagé depuis 2019 sur un projet à travers un contrat en bon et due forme, et de sur- croît un étranger, bénéficiant d’un permis de travail. Seulement, l’attitude de la FAF, et plus particulièrement l’ancien secré- taire général Mounir Debbichi, a fait que, las d’attendre, Vicente Girona a porté l’affaire auprès de la FIFA qui n’a trouvé aucun mal à lui donner gain de cause.

Ce n’est d’ailleurs pas la première fois que le football algérien est saigné par un nombre incalculable d’affaires de non-paiement de salaires ou d’arriérés de salaires, en devises sonnantes et trébuchantes au niveau de nos clubs, que ce soit pour les joueurs ou pour les entraîneurs. Combien de fois la FAF a dû mettre la main à la poche pour sauver des clubs de lourdes sanctions, comme une rétrogradation ou un forfait. On pourra les compter toute la nuit …

En saisissant la FIFA, Vicente Girona a dénoncé ce manque de considération, ces messages et ces appels restés sans réponse. C’est dire la manière avec laquelle il a été traité. Et puis, il y a l’utilisation médiatique que certains ont voulu en faire : dénigrer les anciens diri- geants pour avoir laissé une «bombi- nette » à retardement de 84 000 euros à la FAF; ensuite, en faire un montage dans le sens où ce Vicente Girona serait un maillon lié aux transferts de joueurs algériens au Qatar, en vue de leur … naturalisation !

Cette histoire avait déjà fait les choux gras des médias et avait met le feu aux poudres il y a une année, au point de faire réagir le ministre de la Jeunesse et des Sports de l’époque, Abderrazak Sebgag, d’exiger des explications du président de la FAF, Djahid Zefizef en l’occurrence. En fin de compte, ce fut
un pétard mouillé puisqu’il s’agissait de jeunes joueurs transférés légalement du Paradou AC vers des clubs qataris, et n’ont rien à avoir avec une quelconque filière de traite humaine.

Mais, les mêmes cercles malveillants ont voulu y remettre une nouvelle couche en prenant des raccourcis dans le seul but de nuire à des personnes et à leur respectabilité. Jalouser et décrier la réussite de certains est devenu une seconde nature maladive chez d’autres. C’est peu dire devant le degré de mensonge et l’intensité d’acharnement que peuvent mettre ces derniers, pour arriver à assouvir de petites et viles vengeances enfouies.

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité