Éco/Média

ALG : L’État régale, les clubs maîtres du jeu ! (AB. Lahouari)

De toute évidence, il s’agit là d’une diversion. Ces actionnaires ne font que détourner l’attention de l’opinion sportive sur les sujets majeurs qui déterminent l’avenir de notre football. Par exemple : Les Centres de formation. Comme l’a souligné notre confrère du Quotidien d’Oran, Adjal Lahouari : « Il y a des clubs qui ont bénéficié de la part des autorités des « assiettes » où rien n’a été construit. Est-ce normal ? (…). Et pourtant, tout le monde sait que l’argent coule à flots dans le milieu du football algérien.» Qui peut dire le contraire ?

Ces actionnaires ont opéré des recrutements massifs, parfois plus de dix joueurs, malgré la réglementation, augmentant ainsi à tire-larigot leurs dettes. Ils refusent d’ouvrir le capital de leurs sociétés et de tirer leurs chéquiers. Ils continuent à faire vivre au-dessus de leurs moyens leurs sociétés, grâce aux privilèges financiers que leur octroient les pouvoirs publics. En clair, l’État régale et les actionnaires restent les maîtres du jeu. Jusqu’à quand ?

Ils le seront durant longtemps, tant que le pétrole demeure la Providence et que l’on ignore un modèle cent pour cent algérien, envié par bon nombre de pays : le Paradou AC.

– AB. LAHOUARI

Bouton retour en haut de la page