AlgérieFootball algérienLes infos

ALG : Le droit d’informer ou le droit au mensonge permanent

LAFORDASSE

L’affaire Amine Gouiri constitue un cas d’école de la désinformation et de la presse d’opinion. Le traitement que certains ont voulu donner au forfait malheureux du joueur a dépassé tout entendement. Malgré le com- muniqué de la Fédération algérienne de football (FAF), dans lequel il est question d’un refus de prendre le moindre risque avec la santé du joueur, la déclaration du sélection- neur national, Djamel Belmadi, le communi- qué du stade Rennais et enfin le message du joueur en personne, rien n’y fait !
La mobilisation ou plutôt l’opération déstabi- lisation, qui prend de plus en plus forme contre le sélectionneur national, Djamel Belmadi, et donc du Onze national, ne connaît pas de limite. Sinon, comment expliquer cet acharnement et cette allusion, à peine voilée, lorsqu’il ne s’agit pas carrément d’une affir- mation de l’existence d’une affaire Gouiri, voire un scandale ? Une histoire qui rappelle étrangement celle lancée avant la CAN-2019, concernant Youcef Atal et les fausses visites à Sidi Moussa.
Le complot serait donc parfaitement exécuté entre le sélectionneur national, qui se prive d’un atout indéniable sur son échiquier, avec la complicité de son staff médical et celui du Stade Rennais ! Amine Gouiri qui a posté un message pour partager son désarroi et sa tristesse aurait donc été obligé de le faire et serait donc indirectement l’acteur de sa propre mise à mort ? Que la fake news soit relayée par les réseaux sociaux, la chose relèverait de l’ordre naturel des choses, mais qu’elle soit relayée et appuyée par des médias est complètement lunaire pour ne pas dire débile ou horrible.
Le major média français, le quotidien L’Equipe, comme l’ensemble des autres titres, qui ont leurs entrées et sources au niveau des clubs, n’ont à aucun moment fait allusion à l’existence d’un quelconque conflit ou différend à quelque niveau que ce soit. Ils sont sidérés par tant de mensonges et de désinformation. Au profit de qui ? Certainement pas au profit de l’Algérie, si ce n’est de la déstabiliser par son équipe natio- nale, facteur d’union sacrée de tout un peuple. Ces campagnes ne visent-elles pas finalement à susciter un mécontentement populaire ?
Tout porte à croire que l’on n’est plus dans le droit d’informer, qui reste fondamental dans la nouvelle Algérie, mais dans sa négation la plus abjecte, celle du mensonge. Parce qu’à l’évidence, il n’existe pas d’affaire Gouiri si ce n’est que celle montée de toutes pièces et relayée par des sous-traitants qui sont connus et semblent bénéficier d’une certaine immunité. Peu importe que le mensonge soit gros, l’essentiel est que les gens y croient, dit le dicton. Et des mensonges, d’ici au coup d’envoi de la CAN, il y en aura encore, à moins de siffler la fin de la partie. Les moyens ne manquent pas.
– LAFORDASSE

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité