AlgérieFootball algérienLes infos

ALG : La bataille du TAS ne fait que commencer

LAFORDASSE

L’affaire du maillot de la « honte », celui du club marocain de la Renaissance sportive de Berkane, continue à alimenter l’actualité de la balle ronde en Algérie. Il n’y a pas un jour qui passe sans qu’un plateau TV, notamment sur les chaînes privées, n’aborde cette affaire que la partie algérienne ne veut pas lâcher pour une question de principe, malgré l’inflexibilité de la Confédération africaine de football et les premières décisions du Tribunal admi- nistratif du sport (TAS) de Lausanne, qui n’ont pas été favorables à l’USM Alger et à la Fédération algérienne de football.

Déclaré forfait à deux reprises, à l’aller pour n’avoir pas remis les maillots officiels à son adversaire, puis les remplaçant par d’autres et au retour pour avoir refusé de jouer contre cette équipe qui arborait à nouveau le maillot floqué de la carte du Maroc à laquelle a été rajouté le territoire de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), le club algérois reste suspendu à une éven- tuelle réaction du TAS qui ne s’est pas encore prononcé sur le fond de l’affaire, soit le volet réglementaire et donc politique.

Jusqu’ici, le TAS a communiqué les attendus mais pas la Fédération algérienne de football, pourtant partie prenante dans cette affaire comme l’attestent les documents publiés par le Tribunal basé en Suisse. Lors de ses dernières sorties, à l’occasion des finales de Coupe d’Algérie au stade Salem-Mabrouki de Rouiba ou bien
à l’assemblée générale du Comité olym- pique algérien (COA), le président de la FAF, Walid Sadi, s’est encore une fois refusé de tout commentaire au sujet de cette affaire, laissant le soin à ses différents «relais» de faire le « travail », pas convaincant du tout .

Plusieurs «chargés de com’», connus pour être des inconditionnels d’un vieux logiciel et ils ne s’en cachent pas, investissent les plateaux TV depuis plusieurs jours. Ils claironnent, chacun à sa manière, la version des faits et surtout le verdict du TAS qui sera incontestablement, selon eux, en faveur de l’USM Alger. Et cela, même si la finale de la Coupe de la Confédération approche à grands pas, et aucun signe n’indique qu’elle sera annulée ou boudée par le club égyptien du Zamalek, comme le martèlent certains, et qui aurait pris position avec la cause sahraouie.

De plus, les explications données ici et là par des personnes autoproclamées spécia- listes en droit et en réglementation ne sont pour la plupart du temps ni convaincantes ni rassurantes. Entre ceux qui se répètent ou se contredisent et ceux qui s’entre- mêlent les pinceaux à chaque décision de la CAF ou du TAS, il y a ceux qui versent dans un populisme au ras des pâquerettes juste pour maintenir le moral des troupes, comme dans l’histoire de Bakary Gassama et le fameux match Algérie – Cameroun qualificatif pour le Mondial Qatari de 2022. En d’autres termes, ils se nourrissent de fausses illusions.

Le compte à rebours est bien entamé, et tout le monde reste suspendu à une éven- tuelle décision du TAS où la logique du droit voudrait que l’Algérie sorte victorieuse de son bras de fer avec la CAF sur un double plan, éthique et politique. Il y a lieu de ne pas tomber dans l’excès et dans l’invectives.
– LAFORDASSE

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité