AlgérieFootball algérienLes infos

ALG : BAHLOUL «SI LE TARLS NE SOUHAITE PAS STATUER, QU’IL SE DÉCLARE INCOMPÉTENT

NAZIM BESSOL

Le président suspendu de la Ligue régionale de Annaba, Amar Bahloul, était l’invité,vendredi de la Chaîne III de la Radio nationale. L’ancien vice-président de la Fédération algérienne de football (FAF) a tenu à protester contre les lenteurs du recours qu’il a engagé au niveau du Tribunal algérien de résolution des litiges sportifs (TARLS).

Suspendu par le Bureau Fédéral de Walid Sadi pour de « graves carences en termes de gestion », selon les conclusions des auditeurs interne et externe, à l’issue de leur mission au niveau de la LRF Annaba, comme rapporté par le site de la Fédération algérienne de football dans son communiqué, Amar Bahloul conteste « une décision illégale ». « Tout d’abord, il est important de rappeler certains principes de base de toutes procédures dans tous pays. Les droits de la défense, parmi lesquels le droit d’être défendu par un avocat mais aussi d’être entendu (audition), sont universellement reconnus et représentent la base même de toute action en justice », a rappelé l’ancien numéro deux de la FAF. Son passé de syndicaliste et sa riche expérience sur le terrain en font un des meilleurs procéduriers du football national. «C’est un droit universel, fondamental et tout aussi élémentaire, qui n’a pas été respecté par la FAF. Elle a choisi d’opter pour la force, le non-respect de la loi et des dispositions constitu- tionnelles qui garantissent à tout un chacun le droit de se défendre […] C’est un comportement de hors-la-loi ou d’ignorants. Comme je ne peux raisonnablement croire que la FAF ignore ce droit, j’opterais pour la pre- mière option », tonne Amar Bahloul.

Une chasse aux sorcières, pour quelles raisons ? 

Convaincu qu’il fait les frais d’une chasse aux sorcières, entamée au lendemain de l’arrivée de Walid Sadi à la tête de la FAF, en prévision des échéances électorales de 2025, Amar Bahloul fait partie des trois présidents de Ligues écartés par la nouvelle équipe fédérale. D’abord, Abdelkrim Me- douar (ex-président de la LFP et ex-candidat à la pré- sidence de l’instance contre Walid Sadi), Ali Malek, ex- président de la Ligue natio- nale amateur et ex-président de la Commission de candi- dature, qui avait affirmé face camera que le candidat Wa- lid Sadi ne disposait pas de diplômes requis, puis le pré- sident de la Ligue régionale de Annaba. L’ancien can- didat au Comex de la CAF et ex-membre d’une com- mission de l’instance, est persuadé que « consciente de la faiblesse de son dos- sier, et donc de l’illéga- lité de son action, la FAF a choisi de jouer la montre,
l’affaire traîne en longueur et la FAF fait tout pour cela. Son représentant ne s’est pas présenté à deux reprises après le dépôt du recours … Mais aujourd’hui, il ne reste, selon mon avocat, que 2 séances : celle fixée pour le 24 de ce mois et l’autre qui devrait être celle du verdict. Celle du 24 sera consacrée à la remise d’un document, déjà déposé, que le TARLS nous demande en langue nationale ».

La victoire de la JSK contre la CAF

Un document qui devrait, selon l’intervenant, montrer la voie au Tribunal algérien. «Il s’agit d’une copie d’une décision du TAS de Lau- sanne concernant le recours de la JSK. Le club avait obtenu gain de cause contre une décision de la CAF, qui violait le droit d’audition de ce club, tout comme la FAF le fait avec moi. Cette déci- sion constitue donc une ju- risprudence que le Tribunal algérien ne peut ignorer», affirme-t-il. Une décision qui consacre s’il le fallait les droits de la défense et les obligations faites aux or- ganes disciplinaires de res- pecter ces droits, à commen- cer par celui d’être entendu avant le prononcé du verdict. Ainsi, «elle rappelle à tous les organes disciplinaires de respecter le droit d›audition avant la prise d›une quel- conque décision, tout en désignant le droit d’être auditionné comme un prin- cipe fondamental, universel, qu’il faut consacrer pour toute mesure disciplinaire», détaille Amar Bahloul. Dans le cas contraire, « toute décision prise sera déclarée nulle est sans effet. C’est un document qui met le secré- taire général de la FAF, son président et les membres du BF, qui ont pris la décision de suspendre illégalement, devant leurs responsabili- tés». Et d’enchaîner :«Je le répète une nouvelle fois, cette fédération ne respecte rien ni personne, à commen- cer par ses propres statuts.»

«Un comportement de hors- la-loi»

Amar Bahloul, qui semble très remonté et décidé « à laver son honneur », somme le Tribunal algérien de réso- lution des litiges sportifs de prendre ses responsabilités et de se prononcer sur la légalité ou pas de sa suspension. «Si le TARLS ne souhaite pas se prononcer, qu’il se déclare incompétent et nous laisse poursuivre notre procédure», clame le président suspendu avant de conclure : «Je ne me bats pas pour revenir à quelque niveau du football, mais pour mon honneur et celui de ma famille. Ils ont choisi de me salir, de salir mon nom avec un comportement de hors-la-loi, je laverai mon honneur par la loi !»

NAZIM BESSOL

LE + D’INFOS

Dans sa décision du 6 août 2015 (Jeunesse Sportive de Kabylie – Confédération africaine de football (CAF)), le Tribunal Sportif de Lausanne a rappelé l’obligation faite à l’instance continentale et le devoir de respecter les garanties procédurales. Dans son second point, le TAS indique «le droit d’être entendu pour une partie poursuivie disciplinairement ainsi que l’obligation de motivation qui en découle sont des principes universels, géné- raux et fondamentaux. Ces principes doivent être respectés par les organisations sportives dans le cadre de leurs procédures disciplinaires et à l’occasion de l’adoption de décisions contre leurs membres. Si le système disciplinaire instauré par la CAF prévoit le respect de ces garanties de nature procédurale, mais que ces dernières n’ont pas été respectées dans un cas concret, la décision prise dans ce cas concret n’est pas conforme aux principes, tels que codifiés par la CAF en vertu de ses statuts et règlements, et doit être annulée.»
-BO

 

 

 

 

 

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité