AlgérieFootball algérienLes infos

ALG : Chouchaa King, le bonheur extrême de l’autre football

ABL

Il fait le bonheur de millions de fans à travers le monde, au fil des semaines. Il leur offre un attrayant et fabuleux spectacle, où s’enchaînent, dans des terrains de football, des scènes cocasses et des fous rires à perdre le souffle. L’antithèse de ce que l’on voit sur nos terrains devant des milliers de spectateurs qui remplissent les stades à « guichets fermés » et qui n’apportent bien souvent que des parodies avec ces incidents et des polémiques stériles qui ne servent en rien le développement de la balle ronde et ses intérêts.

Ce footballeur que rien n’arrête multiplie les frasques et les actions que l’on ne peut voir chez les professionnels, mais qui apportent aux spectateurs et aux réseaux sociaux des moments de bonheur extrême, par sa spon- tanéité et son extravagance, au fil des matchs qu’il fournit sur les différents stades d’Algérie. En clair, il est devenu une star, une célébrité que tentent d’ignorer ou de récupérer les fossoyeurs et leurs sous-traitants. Ce qui semble manquer à l’équipe nationale qui a perdu certaines stars pour le moment, au vu de la dernière liste publiée par la FAF.

Ceux qui l’ont côtoyé parlent d’un garçon qui aime passionnément le football dans sa ville de l‘Est du pays, doublé d’un merveilleux comédien. Mais alors que les clubs ne le pre- naient pas au sérieux, considérant qu’il n’avait pas le niveau, il se contentait de participer aux rencontres sur les terrains de proximité, jusqu’au jour où des personnes ont décelé en lui l’autre côté du football : celui du bon plaisir. Ainsi, on a eu droit à la caricature de l’ac- tuel football où se mêlent régionalisme, incompétence, manipulation et corruption….

Si le football est devenu une entreprise commerciale publique ou privée et quand bien même ceux qui gèrent la « carrière » de la star bénéficieraient (certainement !?) de rentrées financières, l’initiative est louable. Ils ont compris que nos stades sont des lieux d’union et non de désunion, de convivialité. Les exemples n’ont pas manqué dans l’histoire de notre football. Après le temps des mascottes, il y a eu celui de «Yahamaha» (Allah Yerhamou). Celui-ci faisait lever tout un stade, faisant oublier, en l’espace d’un moment, le stress du résultat pour apporter la joie.

Aujourd’hui, Chouchaa King (a gauche de notre photo en compagnie de la légende Lakhdar Bellioumi) a pris le relais. Comment ne pas le remercier pour ces moments de plaisir devant tant de stupidité, venue souvent de l’étranger. Bon vent la star !

Bouton retour en haut de la page

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité