AfriqueCAFLes Infos

AFR : A mi-mandat, Ahmad plonge la CAF dans un «déficit structurel»

Nazim Bessol

Dans l’édition du 18 juillet dernier, BOTOLA évoquait en exclusivité la situation financière de la CAF dans un article intitulé « la CAF au bord de la faillite ». Chiffres et témoignages à l’appui, il était expliqué les raisons qui ont fait que l’instance dirigée par Ahmad Ahmad, est arrivée dans le
rouge financièrement à mi-mandat. Un constat qu’a officialisé le président de la Commission des finances et 2e vice-président de la CAF, le Marocain Fawzi Lekjaa, lors de la réunion du comité toujours au mois de juillet dernier. « La CAF est entrée dans un cycle de déficit structurel qui atteindra environ 6 millions de dollars à la fin de l’année (2019). » « Si ce déficit n’est pas corrigé, cela conduira à la consommation de réserves financières et le déficit atteindra les 120 millions de dollars dans dix ans », a averti le président de la Fédération marocaine de football.

L’incapacité de la CAF à verser les différentes primes aux Nigeria, la Tunisie, l’Espérance de Tunis… ajoute à l’inquiétude, surtout que Ahmad Ahmad a présenté le premier bilan déficitaire de l’histoire de la CAF, en juillet dernier, avec une perte de 17,7M$. Pis encore, malgré des finances dans le rouge, le Comité exécutif de la CAF, dont certains membres sont très proches de l’homme d’affaires Christian Lagnidé, a déclaré les 20M$ que doit LC2 à la CAF comme irrécouvrables. Ce dernier a même soumissionné au dernier appel d’offres sur les droits télé émis par la CAF en février dernier. La dernière décision de la cour du Caire condamnant l’ancien président de la CAF, Issa Hayatou et son ex-secrétaire général, Hichem El Amrani, à une amende de 12,5M€, n’arrange pas non plus les choses. Puisque la cour du Caire a estimé qu’il revenait à l’instance et non aux personnes physiques de s’acquitter de cette somme.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité