Les InfosMEDIAS

CAF : Le nigérian Pinnick convoqué par la justice

Nazim Bessol

Le premier vice-président de la CAF, le Nigérian Amaju Pinnick déjà visé par une enquête pour corruption dans son pays, devra répondre aux accusations du président du Wydad de Casablanca, devant la commission d’éthique de la FIFA et de la CAF.

La Confédération africaine de football doit faire face à une salve d’attaques et d’accusations sans précédent. Il s’agit réellement d’un tir groupé qui vise le sommet de la pyramide et la CAF risque d’être décapitée dans les jours, voire les semaines à venir. Après les péripéties policières du président Ahmad à Paris, auditionné plus de 12 heures par les enquêteurs de l’Office de lutte contre la corruption en France, c’est autour du premier vice-président de la CAF, le Nigérian Amaju Pinnick d’être traîné devant le comité d’éthique de la FIFA, par le président du Wydad de Casablanca. En effet, le président du WAC, Saïd Naciri, a saisi la commission d’éthique de la FIFA et de la CAF contre le premier vice-président de la CAF, ainsi que certains responsables de l’Espérance de Tunis.

Tentative d’arrangement

Le président du finaliste de la Ligue des champions de la CAF Naciri a affirmé, avoir été approché pour une tentative d’arrangement. Le deal proposé était qu’il ordonne à ses joueurs de poursuivre le match de la finale contre l’Espérance de Tunis, interrompu pour défaillance du VAR, en contrepartie le Wydad sera assuré du titre continental la saison prochaine. Une proposition que le patron du club Wydadi n’a pas du tout appréciée tout comme les pressions qu’il aurait subies au stade de Radès. Sa requête auprès du Comité d’éthique de la FIFA et de la CAF vise principalement le 1er vice-président de la CAF et président de la Fédération nigériane de football Amaju Pinnick et Hamdi Mdeb, président de l’Espérance. Naciri avait assuré dans des déclarations à la presse détenir des preuves attestant les tentatives de chantage.

Détournement et faux matchs amicaux

Et ce n’est pas tout pour Amaju Pinnick, qui doit comparaître devant les juges de son pays, ainsi que cinq haut dirigeants de la Fédération nigériane de football (NFF) pour un présumé détournement de fonds. Amaju Pinnick ainsi que des vice-présidents de la NFF, Seyi Akinwunmi et Shehu Dikko, le secrétaire général, Mohammed Sanusi et le membre du Comité exécutif, Ahmed Yusuf, comparaîtront le 1er juillet prochain, devant un tribunal d’Abuja. Ils sont accusés par l’avocat de la Commission spéciale d’enquête de la présidence (SPIP), (structure chargée de protéger les biens publics), de plusieurs chefs d’accusation, à savoir la non-déclaration de leurs biens, une prétendue disparition de 8,4 millions de dollars versés par la FIFA au Nigeria pour sa participation à la Coupe du monde de 2014 et l’organisation de matches amicaux internationaux qui n’auraient pas eu lieu.

NAZIM BESSOL (IN BOTOLA)

 

Fermer