AfriqueFoot fémininLes Infos

NIG : Dede, une aide plus que précieuse

Avec FIFA.com

Les jeunes gardiennes de l’Inde peuvent désormais profiter des conseils de l’une des meilleures joueuses de l’histoire à ce poste, qui les aide à préparer au mieux la Coupe du Monde Féminine U-17 de la FIFA, Inde 2020.

Lorsque Precious Dede prend la parole, chacun de ses mots témoigne de l’expérience acquise par la Nigériane au plus haut niveau. “Les filles savent ce que j’ai accompli durant ma carrière et ont du respect pour moi”, confie Dede au micro de FIFA.com. “Elles sont attentives lorsque je travaille avec elles, d’autant que je suis encore capable de montrer comment réaliser certains gestes.” “Récemment, une joueuse m’a demandé : ‘Maman – elles m’appellent comme ça – est-ce que je pourrai un jour devenir comme toi ?’ Et je lui ai répondu : ‘Non, tu ne seras pas comme moi, tu seras meilleure que moi. C’est pour ça que je suis là, pour t’aider à atteindre le sommet'”, raconte-t-elle. “Même à l’époque où je jouais encore, je savais déjà que je voulais devenir entraîneur. J’éprouve beaucoup de plaisir à voir de bonnes gardiennes et des jeunes progresser”.

Precious et ses diamants

En tant que légende du football nigérian, et après avoir effectué ses premiers pas d’entraîneur avec l’équipe A et les U-20 de son pays, Dede aurait logiquement pu veiller aux destinées des Super Falcons. Mais la retraitée de 40 ans a opté pour un défi de taille au sein d’une culture différente de la sienne. “Beaucoup de gens m’ont demandé pourquoi j’allais en Inde, en me disant que ce n’était pas un pays de football”, explique Dede. “Je leur ai répondu que j’avais envie de prouver quelque chose, car avec la Coupe du Monde U-17 qui arrive, nous travaillons pour atteindre un objectif bien précis. Nous voulons surprendre le monde.” La nouvelle mission de Dede lui a également permis de retrouver un entraîneur et, avant tout, un homme à qui elle voue le plus grand respect. “J’ai été agréablement surprise de recevoir un appel de Thomas Dennerby, qui me demandait d’accepter ce travail”, avoue la Nigériane. “Le fait qu’il m’ait choisie est gratifiant. A mes yeux, Thomas n’est pas seulement un entraîneur ou un mentor, mais un deuxième père. Il m’a appris tellement de choses, sur et en dehors du terrain”.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité