Weblinks

Corruption : Les explications d'Issa Hayatou

ECONOMIE

Accusé de corruption par un parlementaire Anglais, le président de la CAF Issa Hayatou a révélé que le comité de candidature du Qatar avait en effet versé 1,8 millions de dollars à la CAF (environ 826 millions de F) en contrepartie de la présentation de l'exclusivité de la candidature du Qatar lors de la CAN 2010 en Angola et un contrat a été signé entre les deux parties. Issa Hayatou souligne que dans le cadre de la campagne d'attribution des Coupes du monde 2018 et 2022, il avait été sollicité, comme l'ensemble des électeurs, par les mandataires des différents pays en course, à l'exception de la Corée du Sud, précise-t-il.« Les Anglais qui voulaient le Mondial 2018 (finalement attribué à la Russie) sont venus me voir à trois reprises au Cameroun. Ils sont même arrivés jusqu'à Garoua où je les ai reçus une fois. C'est également à Garoua que j'ai reçu l'émissaire de l'Australie», rappelle le président de la CAF.

 

Racisme : Blanc blanchi, Blaquart au placard

ECONOMIE

Le Conseil fédéral de la fédération française a «renouvelé sa confiance» au sélectionneur tricolore Laurent Blanc dans le cadre de l'affaire des quotas dans les écoles de formation et aucune sanction n'a été prise contre Mohammed Belkacemi, conseiller technique pour le football des quartiers, qui avait enregistré sur son téléphone la fameuse réunion du 8 novembre 2010, «en raison de son statut de cadre d'Etat. » En revanche, la FFF a mis à l'étude l'ouverture de «procédures disciplinaires» contre le directeur technique national François Blaquart, suspendu à titre conservatoire dès le début des enquêtes, et dont les paroles lors de la fameuse réunion du 8 novembre ont été jugées «regrettables» par la ministre des Sports Mme Jouanno et André Prévosto, directeur général adjoint de la FFF et homme de confiance de Fernand Duchaussoy, qui avait reçu l'enregistrement de la réunion des mains de Mohamed Belkacemi, sans rien en faire.

 

ALG : L'informatique à la FAF ? Du pipeau (ABL)

INTERNET

Après avoir donné, il y a trois ans, le marché de la gestion des compétitions et des licences (sans avis d’appel d’offre international) à une société tunisienne grâce à une aide de la FIFA, le gestionnaire de la fédération algérienne Mohamed Raouraoua vient  d’annoncer que la FAF planche sur le système informatique appelé TMS. Il s’agit là d’une véritable supercherie doublée d'une sordide diversion. La société tunisienne n’a jamais accompli le travail pour lequel elle a été payée sans pour autant qu’elle soit inquiétée. Et ce que raconte le gestionnaire à ceux qui veulent bien l’écouter, c’est du pipeau. En son temps, footafrique.com avait tiré la sonnette d’alarme.

 

ALG : Un audit comptable et financier pour la FAF

ECONOMIE

Devant la gabegie constatée par le monde du football, un audit comptable et financier de la fédération algérienne devrait se faire dans les prochains jours. Lors du catastrophique premier mandat du gestionnaire de la fédération Mohamed Raouraoua (2001-2006) un rapport de l’IGF demandé par le ministre de la Jeunesse et des Sports de l’époque le professeur Yayia Guidoum avait révélé de graves manquements. Mais les amis du gestionnaire l’avaient bloqué au niveau du ministère des finances.

 

ALG : Info ou intox ? (ABL)

MEDIAS

Info ou intox ? Dans un ITW au Temps d’Algérie, l’actuel président de la Ligue amateur qui gère le championnat professionnel Mohamed Mecherara a déclaré «Je ne serai candidat pour aucune des ligues (ndlr - Ligue amateur et professionnel» dont les élections sont programmées le 2 juillet. Mais ce qui est surprenant c’est qu’il ne pense pas se retirer du monde du football : «Je vais rester dans le circuit et j'exercerai au niveau de la Fédération où il y a beaucoup de travail.» La question est de savoir en qualité de quoi ? A moins que les statuts de la fédération ont subi un toilettage à l’insu de tous.

 
Plus d'articles...