CAF

AFR- U20 : Le programme du 2eme tour

Afrique - CAF

Les sélections en lice pour une qualification à la CAN 2017 des moins de 20 ans s’affronteront en mai et juin à l’occasion du deuxième tour des éliminatoires. Exemptés de premier tour, le Nigeria, le Sénégal, la Côte d’Ivoire, le Maroc et le Mali entrent notamment en piste.

Le programme du 2e tour des éliminatoires :

Tunisie - Sénégal 
Ethiopie - Ghana 
Gambie - Maroc 
Côte d’Ivoire - Guinée 
Burkina Faso - Congo 
Mauritanie - Mali 
Soudan - Malawi 
Burundi - Nigeria 
Ouganda - Egypte 
Angola - Gabon 
Mozambique - Lesotho 
Namibie - Afrique du Sud 
Zimbabwe - Cameroun 
Libye - Bénin

Matchs aller les 20-22 mai, matchs retour les 10-12 juin

 

AFR : Raouraoua ne sera pas au CE de la CAF

Afrique - CAF

A peine une semaine après l’élection du nouveau président de la FIFA, Gianni Infantino, bien des choses ont été dites et écrite ici et là. Des plus pertinentes aux hypothèses les plus farfelues, comme celle plaçant le vote algérien au centre de la victoire de Infantino ! Et comme le ridicule ne tue toujours pas, il s’agit là d’une affirmation défendue mordicus par les relais de Dely Ibrahim. Une propagande savamment orchestrée qui ne sert comme à chaque fois non pas les intérêt de notre football, comme s’acharnent à nous l’expliquer ces biens pensants, mais exclusivement, celle d’une seule personne : Raouraoua III. En champion de la lutte des places, il doit se trouver vite un point de chute dès 2017. Les grandes manœuvres et les prises de position qu’il veut faire passer pour courageuses, ne sont en vérité motivées que par cette obsession, car il est bien loin le temps où il pouvait compter sur son « ami » Issa Hayatou pour briller et collectionner les fonctions au sein des instances internationales. Le tout puissant patron de la CAF n’apprécie pas qu’on le pousse vers la sortie, tout comme il a tenté de le faire. Après avoir porté au nom de l’Algérie, les amendements les plus détestables (conditionner l’accès à la candidature à la présidence de la CAF aux seuls membres du CE) pour plaire au maitre, Raouraoua III porté par une ambition démesurée à viser la place du chef. Un crime de lèse majesté qu’il payera et que l’Algérie payera longtemps. L’attribution de la CAN 2017 au Gabon n’est que la partie imergée de l’iceberg.

Affirmer comme il le fait qu’il a laissé son siège de membre du CE de la FIFA de son propre chef, est une ineptie pour une personne qui a porté près d’une dizaine de casquettes au même moment. Afficher aujourd’hui son soutien inconditionnel au nouveau président de la FIFA, ne relève, une fois, encore que de la « brosse stratégie ». En vérité, 2017 s’annonce très compliquée pour celui qui est devenu, un habitué des salons VIP. Sur le plan continental, il n’aura rien « à gratter » et la seule bonne nouvelle sera certainement la très probable participation de la sélection à la phase finale de la CAN 2017. Son mandat de membre du CE de la CAF arrivera à échéance et il sait pertinemment qu’il ne pourra pas le renouveler. Comme pour la FIFA, il s’agira bien évidemment, d’une décision unilatérale. Issa Hayatou à de très grandes chances d’être une nouvelle fois, reconduit à la tête de l’instance africaine avec tout ce que cela implique comme conséquences pour Raouraoua III. Le nouveau découpage linguistique et sa mise à l’écart actée feront le reste. Une situation inédite pour lui, car pour la première fois depuis plus de dix ans, Raouraoua III, ne sera qu’à la FAF, et même pas à l’Union Nord Africaine de Football (UNAF) où la aussi ses ambitions l’ont mis au placard. Dans ce contexte, il ne faut pas oublier que la dernière fois que la FAF s’est attaquée frontalement par presse interposée à un président de la CAF, il lui avait tout bonnement refusé l’organisation de la CAN 1988. L’Ethiopien Tessema malade et en fin de règne avait fait en sorte que la CAN aille au Maroc ! A méditer ! -

- IN BOTOLA

 

 

ALG : Dopé, Youcef Belaïli suspendu 2 ans

Afrique - CAF

L'attaquant de l'USM Alger, Youcef Belaili a été suspendu pour deux ans par la CAF pour dopage. L'instance continentale a pris cette décision à la suite du résultat positif du contrôle anti-dopage effectués à la fin du match retour comptant pour la phase de poule de la ligue des champions africaine, MCE Eulma-USM Alger (0-1) joué le 07 août dernier sur la pelouse du stade Messaoud Zeghar. L'analyse de l'échantillon a été effectuée au laboratoire de la CIO (Comité International Olympique) à Lausanne (suisse) et a conclu que le joueur a absorbé une substance interdite. Dans un communiqué de la FAF, publié sur son site, l'instance fédérale annonce que le milieu de terrain de l'USM Alger, Youcef Belaili, a reconnu les faits qui lui sont reprochés et a renoncé au droit de faire l'analyse de l'échantillon "B" comme le prévoit la réglementation.

 

CAF : La liste complémentaire de la C1 et C2

Afrique - CAF

La CAF a dévoilé les nouveaux joueurs que chaque club engagé en Ligue des champions ou en Coupe de la CAF a ajouté à son effectif à l’issue du mercato estival. L’instance dirigeante du football africain autorise les clubs à inscrire de nouveaux joueurs entre la période du 1 juillet du 5 août à condition qu’ils aient enregistré moins de 30 joueurs en janvier au moment de leur entrée dans la compétition. En général, il s’agit donc d’inscrire de nouvelles recrues comme l’a fait l’USM Alger avec Mohamed Amine Aoudia, le TP Mazembe avec Nathan Sinkala (de retour de prêt), l’Espérance Tunis avec Fakhreddine Ben Youssef ou encore Al Ahly avec Malick Evouna, sans oublier les Orlando Pirates qui ont recruté le gardien international équato-guinéen Felipe Ovono Ovono et le CS Sfaxien qui a rapatrié l’attaquant tchadien Ezechiel Ndouasel.

 

AFR : L'incroyable misérabilisme de la CAF

Afrique - CAF

Les téléspectateurs des matchs USM. Alger – El Merreikh et MCE El Eulma – ES. Sétif, ont certainement remarqué que les trios  désignés par la CAF avec comme arbitre centraux, les badgés FIFA : Mohamed Keita (Mali), et Ghead Zagloul (Egypte) n’avaient pas d’oreillettes. L’Egyptien se contentant tout de même de la bombe «magique» Spray pour contenir les joueurs à une distance réglementaire. A ce stade de la compétition africaine (les quarts de finale de la Ligue d’Afrique des Champions), une telle absence est surprenante et mérite une attention toute particulière. Elle peut fausser le déroulement d’un match et empêcher une meilleure coordination entre les arbitres. Les exemples ne manquent pas. Mais qui faut-il blâmer dans la mesure où elles ne sont pas obligatoires ?

A l’évidence, il appartient aux fédérations nationales d’équiper leurs arbitres, de cet outil indispensable qu’est devenu l’oreillette dans le football moderne. Mais, certaines, bénéficient de circonstances atténuantes. Le pack pour un trio d’arbitres n’est pas à la portée de toutes les bourses (5000 euros environ sans compter la maintenance) et des  fédérations africaines en sont démunies parce que trop pauvres ou mal gérés. Quant aux arbitres, il n’est pas concevable de leur faire payer un tel équipement. (Un footballeur ne paie pas sa paire de chaussures). En toute logique, la CAF propriétaire des compétitions continentales pourrait faire un effort pour équiper ses arbitres badgés FIFA. Elle le fait bien durant les CAN et on se demande même où vont les packs par la suite. Bref, l’instance africaine gère des milliards d’euros, elle se doit de mettre ses arbitres dans les meilleures conditions possibles et arrêter de jouer au misérabilisme. Le sponsoring sert aussi à ça !

AB. LAHOUARI -IN BOTOLA

 
Plus d'articles...
микрозайм на карту