scatvids.club javvids.com shemalecuties.top

Weblinks

AFR : MEILLEURS VOEUX 2017

Eco/Medias - INTERNET
La rédaction sportive de botola adresse ses meilleurs voeux de bonheur et de santé à tous ses fidèles lecteurs.
 

ALG : Les algériens déçus de Raouraoua

Eco/Medias - INTERNET
A la suite de la défaite de l'équipe nationale face au Nigeria (3-1) qui l'éloigne irrémédiablement de la Russie, les algériens sont très déçus de Raouraoua qui comptabilise quinze années à la tête de la fédérarion. Ils lui reprochent également sa politique de l'exclusion et sa catastrophique gestion du professionnalisme. Alger est triste ce soir.
 

ALG : Le vulgaire texto de Raouraoua

Eco/Medias - INTERNET

Indigeste, vulgaire et mesquin a été le texto envoyé par Raouraoua III au président Ali Fergani, de l’Association des Anciens Internationaux Algériens (AAIF) et l’indignation est grande au sein du monde du football. Dans ce texto que BOTOLA a obtenu une copie, Raouraoua III a traité Ali Fergani de «sélectionneur qui a échoué lamentablement », qualifié de « fantoche » l’association qui devrait «donner vos bilans financiers avant de donner des leçons aux autres», et de lui déclarer « tu n’auras jamais plus d’argent de la FAF». (1)

A la lecture de ce texto que l’on juge irresponsable et indigne de la fonction occupée par Raouraoua III, il est clair que le communiqué apaisé de l’AAIF a fait mouche. La réponse est conçue sciemment pour jeter le trouble aux yeux de l’opinion sportive et faire diversion. L’AAIF, pour la première fois n’a fait que « préciser sa position » quant à la situation actuelle du football national et des dernières événements survenus au sein des Verts à la fin du match contre le Cameroun (1-1) au stade Tchaker comptant pour les éliminatoires du Mondial 2018. Un simple constat et non une analyse (elle est pour plus tard) qui a fait sortir du bois Raouraoua III. Elle est ne l’oublions pas membre de droit de l’AG de la FAF.

Depuis une quinzaine d’année, le locataire de la FAF n’a jamais caché son animosité et parfois sa haine vis à vis de la dream team des années 1980 avec comme capitaine Ali Fergani. Il a pratiqué à leur encontre, la politique de l’exclusion. Aujourd’hui, plus que jamais, les « ambassadeurs » bardés de diplômes, sont aujourd’hui des témoins gênants pour celui qui n’a jamais été membre de la FAF et qui gravitait autour d’eux, sans aucune fonction officielle ( !?). Il n’a de cesse de vouloir les diviser. Sa dernière tentative qui a fait « tchouffa » a été de créer une « fondation fantôme » à un milliard, qu’il a fourgué à son « ami de 40 ans » Mohamed Mecherara. Un échec total, comme tout le reste.

AB. LAHOUARI (IN BOTOLA)

(1). Dans la majorité des pays, il  est fait obligation aux fédérations nationales et aux Ligues professionnelles d’accorder un certain pourcentage de leur budget global aux associations, telles que celles des joueurs professionnels, internationaux, arbitres, entraineurs … Pour la FAF, c’est au bon vouloir de Raouraoua III et en fonction des alliances du moment.

 

FIFA : Musa Bility saisit le TAS

Eco/Medias - INTERNET

Le Liberien Musa Bility recalé par la commission électorale de la FIFA a décidé de saisir le TAS (Tribunal Arbitral du Sport). "Je trouve cette décision de la FIFA, injuste, troublante et décevante", s’est-il justifié. "Je suis ouvert aux tests d’intégrité. La seule chose que j’exige c’est qu’ils soient faits de la bonne manière et que les décisions prises soient justes, objectives et transparentes. Les problèmes d’éthique ayant conduit à ma disqualification sont basés sur des sources venants des tabloïds", s’est il plaint.

 

ALG : Une pensée pour le professeur

Eco/Medias - INTERNET

L’ex-ministre algérien de la Jeunesse et des Sports, le professeur  Yahia Guidoum doit savourer cette démission « précipitée » du président de la FIFA Joseph Blatter qui se prenait pour le maître du monde. Il a été de ceux qui ont « réveillé les consciences » sur les ingérences et les dérives de cette institution internationale tout comme il a fustigé le comportement servile de ses membres. Il a été de ceux qui n’ont jamais accepté que les règlements de la FIFA soient au dessus de ceux des lois des pays. Les scandales qui éclatent au quotidien lui ont donné raison. Il était inacceptable qu’une fédération nationale se cache sous le burnous du pensionnaire de Zurich et échappe à tout contrôle au nom d’une autonomie devenue dictatoriale. Aujourd’hui, les «petits» Blatter qui ont essaimé partout de par le monde sont dans leurs petits souliers.

Certains Etats avaient déjà fait le ménage. D’autres ont commencé à relever la tête. Il n’est plus question de voir leurs fédérations les menacer de toutes les foudres de la FIFA. Dans notre continent africain déjà sous les feux des critiques, la traque a commencé pour sa Majesté Issa Hayatou VII. L’étau se resserre de plus en plus sur lui et ses sujets. Et s’il s’est défendu d’avoir été auditionné par la police suisse. Pur mensonge, il a bel et bien été approché et a refusé de collaborer. Ce n’est que partie remise. Il sait maintenant qu’à l’image du secrétaire générale de la FIFA, le Français Jerome Valcke qui va zapper le Mondial féminin du Canada (à moins d’un arrangement de dernière minute), de peur se voir arrêté. La justice américaine poursuit ses enquêtes et pourrait le «cueillir» à n’importe quel moment... En attendant, l’attribution de la CAN 2017 et toutes les autres n’ont pas révélé tous leurs secrets. C’est pour bientôt ? - AB. LAHOUARI

 
Plus d'articles...