CAM : "Mutations" au secours de Hayatou

Eco/Medias - MEDIAS

Le quotidien camerounais Mutations a réagi à la proposition d’amendement des statuts de la CAF et ouvre le feu sur l’hebdomadaire Jeune Afrique.  L’article dans son intégralité sous le titre : Manoeuvres –CAF : Jeune Afrique bat campagne contre Hayatou.

"Théoriquement, l'élection du prochain président de la Confédération africaine de football (Caf) aura lieu en mars 2013. Dans son édition de cette semaine l'hebdomadaire panafricain basé à Paris, Jeune Afrique, s'est introduit dans les méandres de la préparation d'une Assemblée générale extraordinaire de l'organisation qui aura lieu le 03 septembre aux Seychelles. Il révèle notamment qu'au cours de cette rencontre, le Camerounais Issa Hayatou, à la tête de l'institution depuis 1987 et «ses lieutenants», multiplient d'ores et déjà des manœuvres pour s’y maintenir. Ainsi donc, ils tenteront de modifier au forceps les statuts de la Caf définissant les conditions d'éligibilité du président. A en croire le journal de Béchir Ben Yahmed, «l'initiative vient de la Fédération algérienne de football (Faf), dont le président, Mohamed Raouraoua, est un proche de Hayatou».

Le projet de modification de la Faf proposerait notamment que «tout candidat aux élections à la présidence de la Confédération africaine de football, outre les compétences nécessaires, devra être ou avoir été membre du comité exécutif de la CAF». Pour le journal de la rue D'Auteuil, l'adoption de ce texte permettrait d'écarter la candidature de Jacques Anouma, ancien président de la Fédération ivoirienne de football et principal rival du Camerounais. Et, le magazine poursuit qu'aujourd’hui membre du comité exécutif de la Fifa, Jacques Anouma n'entend pas se laisser mettre sur la touche. Il aurait même déjà obtenu le soutien des autorités ivoiriennes.

Le sujet suscite déjà une vive polémique dans les milieux sportifs africains, et davantage dans la presse ivoirienne. Dans les colonnes du journal Soir-info paraissant à Abidjan, I’ancien international Camerounais, Joseph Antoine Bell, n'a pas du tout eu le mot tendre vis-à-vis de cette manœuvre présumée. Il estime notamment que «la proposition de modification des statuts de la Caf, à quelques mois du terme du mandat d'Issa Hayatou, est fallacieuse et fait honte à l'Afrique. Elle démontre qu'il n'y a pas que les politiques qui tordent le cou à la démocratie». Pour cet ancien élève de Issa Hayatou, ce dernier et «ses lieutenants veulent transformer la Caf en un bunker. Ils sont convaincus que les Africains ne veulent plus d'eux à la tête de leur football, alors ils se barricadent avec des textes pour se maintenir au contrôle du football africain. Leur objectif est d'éloigner de la Caf toutes les intelligences africaines», dénonce-t-il.

Et de marteler, «il a pris conscience de ce qu'il ne fait plus l'unanimité, il sait qu'il est vers la sortie, mais il y a autour de lui des gens qui se battent pour préserver leurs intérêts à travers son maintien à la présidence de la Caf. Voilà tout le problème». Et l'ancien portier des Lions indomptables de soutenir: «Je ne vois pas quel président de Fédération lucide peut voter une telle loi». Si telle est vraiment l'intention de Issa Hayatou, il est juste de dire que les débats s'annoncent houleux lors des prochaines élections à la Caf."

* A signaler que les réactions des internautes méritent d’être lues. Elles ne partagent pas l'avis de l'auteur de l'article et appellent au changement.

 

 

 
микрозайм на карту