FIFA-Bin Hammam:"La vérité a été établie"

Eco/Medias - MEDIAS

"La vérité a été établie après cette longue procédure et ma conscience est tranquille", a commenté en exclusivité à l'AFP Mohamed Bin Hammam, dont la radiation infligée par la Fifa a été levée jeudi par le Tribunal arbitral du sport (TAS).

"La vérité a été établie après cette longue procédure et ma conscience est tranquille, ce n'est pas une revanche pour moi (sur la Fifa), il s'agit d'être clément de mon point de vue (par rapport à la Fifa)", a expliqué dans un entretien téléphonique celui qui était président de la Confédération asiatique de football (AFC) au moment de la sanction (juillet 2011). "J'ai toujours dit que j'étais innocent pendant les procédures, a-t-il poursuivi. J'étais sûr que quand l'affaire se présenterait devant une instance indépendante, la vérité sortirait, et c'est ce qui s'est passé". "Je suis très content car j'ai pu prouver que toutes les allégations contre moi étaient fausses et avaient pour but de ternir ma réputation", a-t-il encore affirmé. Juste avant l'élection présidentielle à la Fifa (juin 2011), où il se présentait contre Joseph Blatter, il fut accusé d'avoir acheté des voix lors d'une réunion de la Confédération du football caribéen (CFU) début mai 2011 à Trinité-et-Tobago, avec des enveloppes contenant 40.000 dollars (29.000 euros à l'époque, 32.000 euros aujourd'hui). "Je suis encore plus heureux car mes collègues de la Concacaf (confédération qui englobe la CFU), qui ont été à mes côtés, voient leur honneur restauré après que leur nom a été traîné dans la boue à la suite d'accusations non fondées. Eux aussi ont été victimes d'une grande injustice mais la décision du TAS a lavé leur honneur", a-t-il encore commenté. "Pour la suite, je verrai avec mes avocats, toutes les options sont ouvertes", a-t-il conclu.

Pas réintégré immédiatement

Jeudi, le TAS a constaté une absence de "preuve directe", précisant qu'il n'avait pour autant pas conclu "à l'innocence de M. Bin Hammam". "Il s'agit d'une situation de non-lieu", expose le TAS qui souligne bien que "cette conclusion ne minimise pas sa conviction qu'il est plus probable (...) que M. Bin Hammam ait été la source de l'argent qui a été apporté à Trinité-et-Tobago et distribué à la réunion". Bin Hammam ne peut pas être réintégré immédiatement, frappé par une autre suspension, dans une autre affaire. Lundi l'AFC avait indiqué avoir suspendu pour 30 jours Bin Hammam, après un audit des finances de la Confédération asiatique. Cette suspension en Asie a été étendue au niveau mondial par la commission de discipline de la Fifa mercredi. "Ainsi, M. Bin Hammam reste suspendu jusqu'à la conclusion de la présente affaire", a expliqué jeudi la Fifa. La nouvelle commission d'éthique de la Fifa, qui prendra ses fonctions le 25 juillet, examinera cette nouvelle affaire "et décidera alors, sur la base des rapports et preuves qui lui auront été présentés, s'il convient ou non de prendre des mesures à l'encontre de Mohamed Bin Hammam", a précisé la Fifa jeudi. Bin Hammam ne s'est pas exprimé sur la suspension en cours, tant que les nouvelles procédures sont en vigueur.

 
микрозайм на карту