ALG : Que fera la FIFA ? (ABL)

Maghreb - ALGERIE

Les disposition spéciales relatives aux contrats entre joueurs professionnels et clubs de la FIFA ont été bafouées par le cumulard de la fédération algérienne Mohamed Raouraoua. Et voici la preuve qui figure noir sur blanc sur le statut des joueurs de l'instance internationale seule référence en la matière :

 

" Un contrat est établi pour une durée minimale allant de la date de son entrée en vigueur jusqu’à la fin de la saison et au maximum pour une durée de cinq ans. Les contrats d’une durée différente ne sont autorisés que s’ils sont conformes au droit national en vigueur. (ndlr - le droit national en Algérie n'est pas applicable pour le football).

Un joueur de moins de 18 ans ne peut signer de contrat de joueur professionnel d’une durée supérieure à trois ans. Toute clause se référant à une durée plus longue ne sera pas reconnue."

A signaler que le cumulard de la fédération algérienne Mohamed Raouraoua (sous couvert d'un Bureau Fédéral fantôme) est revenu sur une décision qu'il a lui même rejetée lors de son deuxième mandat en 2009. Il avait biffé le réglement instauré par son prédécesseur Hamid Hadadj qui prévoyait que "les joueurs professionnels sont dans l’obligation de  signer un contrat d’une durée minimale de deux ans" et l'avait remplacé par "une durée minimale d'un an". Pour adober les présidents de club de L1, il vient à nouveau d'obliger les joueurs professionnels à signer un contrat de deux ans. Si ce n'est pas de l'autoritarisme et de l'incompétence, on se demande ce que cela peut-être.

Quant aux jeunes qui sont durant quatre ans dans un club professionnel, ils doivent signer leur premier contrat professionnel pour une durée de trois ans "si telle est la demande des clubs". Soit sept ans. La Corée du Nord est jalouse, elle ne peut pas faire mieux.

 
микрозайм на карту