ALG : La réponse de Bel-Abbès au SG de la FIFA

Eco/Medias - ECONOMIE
Voici une lettre que la rédaction de Footafrique.com a jugé utile de publier. Elle a été adressée en forme de réponse par un club algérien de l'Ittihad de Bel-Abbès à la FIFA. Aux lecteurs d'apprécier. Les accusations de corruption contre des membres de la FIFA notamment Joseph Blatter sont gravissimes. La BBC et le journaliste anglais Jenning ont semble-t-il décidé d'ouvrir une enquête d'autant que l'un des principal accusés l'escroc international Khalifa Abdelmoumen est actuellement en prison en Angleterre.

ASSOCIATION SPORTIVE COMMUNALE
ITIHAD RHIADI  MADINET  BEL  ABBES

SIEGE IMMEUBLE « LE THEATRE»
SIDI BEL – ABBES
Fax : 048-54.02.42
Sidi Bel Abbés, le : 26/12/2011
A Monsieur le secrétaire Général
de la Fédération Internationale
de Football Association (Zurich)

Objet : Votre correspondance du 21 décembre 2011

Monsieur
Nous accusons réception de la correspondance de vos organes juridiques du 21 décembre 2011 dont nous contestons, encore une fois, le contenu pour son caractère arbitraire.
Permettez-nous de vous rappeler, Monsieur le secrétaire général que nos courriers datés du 29/10/2011 et 03/11/2011 étaient destinés aux organes juridictionnels de la FIFA et non pas à ses organes juridiques, le tout en conformité avec les prérogatives que nous conférait l’article 108/D du CDF. Nous portions à la connaissance de ces organes juridictionnels un certain nombre de comportements que nous jugions contraires à la réglementation de la FIFA. Nous avons étayé nos accusations de documents extraits des RG applicables au Football professionnel qui prouvent de manière irréfutable le bien fondé  de ces accusations.
Vous avez utilisé de moyens dilatoires pour contourner les règles.
Il va sans dire que violer la loi 3 des lois du jeu relative au nombre minimum de joueurs dans une équipe, que seule l’IFAB a compétence de promulguer ne présente aucun caractère exclusivement interne de la fédération Algérienne de football mais tombe sous la compétence des organes de la FIFA.
Comme il n’existe ni bureau ni annexe décentralisés de l’IFAB au niveau national, comment voulez vous que nous puissions régler en interne ces violations des lois du jeu ? Soyons sérieux, Messieurs …
De la même manière, violer la loi 12 des mêmes lois c’est permettre à la FAF de continuer à violer un règlement universel, cet état de fait dure depuis 2004. Comme vos statuts, vos activités et vos pratiques doivent être conforme à la Charte Olympique, évaluez à leurs justes proportions les risques encourus…
Comme aucune réglementation particulière n’existe au niveau de la FIFA, susceptible de dispenser cette dernière de ses obligation de veiller à faire respecter les règles qu’elle fixe, vous seriez bien inspirés de faire une lecture intelligente de l’article 27/1/1 de la Charte Olympique des articles 2-13/1/A- 13/2 -14-62/1 de vos statuts pour vous convaincre du bien fondé de notre démarche.
Il est inconcevable que l’on puisse à un tel niveau d’intervention faire preuve  d’une telle incompétence.
Cette décision inique et unique qui consiste à autoriser un de vos membres affiliés à violer ses obligations, à violer les lois du jeu, à violer vos règlements fera daté dans l’histoire du Mouvement Olympique.
Selon les définitions contenues dans vos statuts « le masculin générique utilisé par souci de concision s’applique au sexe féminin de même que le singulier peut avoir un sens pluriel et vice versa ».
Les cas exclusivement nationaux signalés à la FIFA seront traités par cette dernière. Cette complicité ne pourrait s’expliquer que par une volonté délibérée de protéger des accointances. Les questions qui se posent avec acuité  sont celles de savoir :
-    BLATTER et sa suite, HAYATOU et la sienne ont-ils oui ou non voyagé en jet privé de Khalifa ?
-    Ont-ils oui ou non bénéficié d’une soirée mondaine organisée en leur honneur dans l’un des plus grands palaces d’Alger en vu de les réconcilier après leur brouille de 2001 : soirée qui aurait coûté quelques milliards de centimes à l’état Algérien.
-    Ont-ils oui ou non bénéficié à titre gracieux de billets d’air sur le vol Alger- Bamako pour aller assister à l’inauguration de la CAN 2002, puis Alger-Paris ?
Lorsque l’on est invité à assister à l’inauguration d’une Coupe d’Afrique, on est soit l’invité du pays organisateur, soit celui de la confédération concernée.
Toutes ces petites gens que l’on nomme grands n’avaient pas à venir grappiller des billets d’avion sur le dos du contribuable Algérien.
Accordez nous monsieur le secrétaire général le statut de neuvième membre de l’IFAB.
Nous ferons alors respecter les lois du jeu.
Veuillez agréer Monsieur le Secrétaire général l’assurance de notre parfaite considération.
 
микрозайм на карту