ECO : Iya au secours de Raouraoua (HSO)

Eco/Medias - ECONOMIE

La Fecafoot et son président Mohamed Iya sont venus au secours du bonimenteur de la fédération algérienne de football (FAF) Mohamed Raouraoua. Ils ont rendu public un communiqué annonçant que les deux “amis” ont finalement trouvé un terrain d’entente. Pour l’algérien, il fallait à tout prix mettre le couvercle sur  cette affaire et éviter des “fuites” concernant le pseudo-dossier envoyé à la FIFA qui ne contenait que du vent. Point de contrat et des notes de frais qui sentaient le poisson pourri. De plus, une nouvelle fois, pour se protéger, il associe le Bureau Fédéral qui ne s’est pas réuni depuis le 11 décembre dernier et qui n'avait guère été informé des clauses de la rencontre annulée contre le Cameroun. Depuis une quinzaine de jours (comme relaté par Footafrique.com) il s'est balladé, bien accompagné du reste, entre Tokyo, Doha et Paris sans aucun escale à Alger. Voici le communiqué que l’on peut lire sur le site de la Fecafoot et point  naturellement sur le site de la FAF.

«Le Bureau fédéral de la Fédération algérienne de football, bien que considérant que le préjudice moral et sportif causé demeure considérable, a accepté la proposition de la Fécafoot de payer environ 250 millions de FCFA (380.000 euros) au titre de dommages et intérêts subis par la décision de l’équipe nationale du Cameroun de ne pas se rendre en Algérie pour disputer ledit match », explique le communiqué. Le document indique par ailleurs que la partie camerounaise devra s’acquitter de cette somme suivant un échéancier qui s’étale entre décembre 2011 et mars 2012. A signaler que Mohammed Raouraoua avait claironné aux medias qui lui servent de caisse résonnance qu’il exigeait 800.000 euros (1 million de dollars environ pour faire de la com' priaire) et que ce n’est pas le président de la CAF Issa Hayatou le patron de la CAF qui allait l’empêcher de saisir la FIFA.

 

 
микрозайм на карту