CIO :L'Ethique en pantalonnade (Majhoub Faouzi)

Eco/Medias - INTERNET
Quelle pantalonnade que la dernière séance de la Commission d’Ethique du CIO (Comité olympique international) consacrée, le 8 décembre, à l’examen des cas Joao Havelange, Issa Hayatou et Lamine Diack, tous trois membres du CIO accusés d’avoir bénéficié des largesses de la défunte multinationale de marketing, ISL.

Havelange
(95 ans) qui a régné sur la Fifa de 1974 à 1998, aurait touché 1 million de dollars, Hayatou 100 000 FF (en 1995) et Diack 36 100 dollars (en 1999). Havelange risquait une suspension de deux ans ou l’expulsion. Bien conseillé, il a choisi de démissionner du CIO mettant ainsi un terme à l’enquête dont il était l’objet.
Hayatou a répété devant la Commission qu’il avait accepté l’argent d’ISL pour financer les festivités du 40è anniversaire de la CAF. Il affirma qu’à l’époque « l’état des technologies bancaires dans certains pays imposait les payements cash (sic) ». Comme si en 1995, les banques égyptiennes ne pouvaient pas réaliser une transaction aussi routinière ! Son parrain, Joseph Blatter, le président de la Fifa, apporta son témoignage : « en novembre, les comptes de la CAF ont été examinés par les limiers de la Fifa et la somme incriminée y figure ». La Commission découvrit que les documents comptables ont été classés longtemps, très longtemps après l’encaissement des fonds et que « rien ne garantit que le payement ait été enregistré dans les comptes de la CAF » !

Mais comme à l’époque des faits, Hayatou n’était pas encore membre du CIO, il n’écopa que d’une simple réprimande ! Lamine Diack eut, par contre droit, à un carton jaune. Nos deux parangons de vertu restent membres à part entière de l’institution olympique. La clémence du verdict n'a pas empêché Hayatou de lâcher ses habituels "chiens de garde" contre le CIO.
 
микрозайм на карту