ALG : Les réponses à l'ITW de Raouraoua (ABL) 2-

Eco/Medias - RADIO

En plein désarroi et poussé vers la sortie devant son indisponibilité et son incompétence à diriger la fédération Mohamed Raouraoua a une sortie médiatique sous le signe de la diversion au micro de l’émission « Football Magazine » animé par Maamar Djebbour. Voici quelques perles* lançaient par le bonimenteur de la fédération et les réponses de fooafrique.com (Suite-2)

Raouraoua : Pour ce qui est des académies FAF, on continue pour palier le rôle qui doit normalement incomber aux clubs, à savoir la formation. Les académiciens, nés en 1993, qui ont été libérés, c’était justement pour leur permettre, à 18 ans, de signer leur premier contrat professionnel en seniors. Trois d’entre eux sont d’ailleurs à l’ASO Chlef et d’autres à l’USMA.

Footafrique.com : Le bonimenteur de la fédération fait l’impasse sur les excellentes initiatives :  du ministère de la Jeunesse et des Sports au niveau des Lycées sportifs, du travail de la fondation de l’équipe du FLN, des écoles de formation aidés par l’Etat comme le RC. Kouba, l’ASM.Oran … Quant aux académies de la FAF, les execrables résultats sur le plan contiental et international dans les jeunes catégories (U15 et U17 et U20) appellent à la pudeur. Enfin pour les 300 jeunes espoirs que Raouraoua dit avoir sauvé, des équipes comme le CA. Kouba ou le RC. Oran (entre-autres) les auraient recrutés.Il faut renforcer le football amateur.

Raouraoua : Sur les quatre premières années, les 2,5 milliards de subventions et les 10 milliards alloués tout comme l’assiette foncière, le bus et le transport des équipes, sont des aides de l’état en ce sens, mais il faut surtout sortir de la bureaucratie ! Car, ce n’est pas normal que ce soit le MJS qui gère, par exemple, la billetterie relative au transport aérien des clubs ! Cela doit être décentralisé vers la LFP.

Footafrique.com : C’est le trop vide et l’incompétence constatés au sein de la fédération qui ont poussé le ministère de la jeunesse et des sports à réagir. Il ne faut surtout pas oublier que la fédération agit sur délégation du ministère. Le ministre peut à tout moment dressé un constat d’incompétence  à toute fédération  et lui retirer la délégation sans en référer aux instances internationales. Toute loi d’un pays souverain est au dessus de toutes les autres lois des instances sportives internationales.

Raouraoua : Élevons le niveau ! Ces responsables doivent laisser la gestion aux techniciens et aux technocrates. (…). Quelqu’un qui a géré 30 ans ne peut pas gérer une SPA. Nous en sommes encore aux milliards dans les sachets en plastique ! Il est vrai qu’il nous faut quatre à cinq ans pour qu’on y arrive, mais il est tout aussi vrai que les SPA se doivent de recruter les ressources humaines qu’elles n’ont pas et cela pour être en règle avec la législation du travail.”

Footafrique.com : Oui élevons le niveau mais sans Raouraoua qui ne doit pas rencontrer Goldini lors des AG des instances internationales qu'il fréquente assidûmment. Quelqu’un qui cumule et joue au champion de la lutte des places au sein de la FIFA, l’UNAF, l’UAF, la FAF, la commission El Qods ne peut se prévaloir que de la médiocrité et fait la chasse à la compétence. Arlequin de Goldini disait on ne peut servir deux maîtres à la fois. Alors cinq, six

(NDLR ) : Les propos de Raouraoua sont des reprises du quotidien Liberté. Et surtout ne pas oublier de lire les parties 1 et  3. 

Retrouvez la première partie

 
микрозайм на карту