ALG : Le désir obsessionnel de Raouraoua (ABL)

Maghreb - ALGERIE

Dans son désir obsessionnel d’organiser la CAN 2013 pour se maintenir dans les instances internationales, le cumulard de la fédération algérienne Mohamed Raouraoua fait dans l’agitation. Il a battu le rappel de tous ses réseaux «médiatiques» (à l’exception des medias lourds comme la TV et la Radio où il n’a guère d’emprise) pour forcer la main au chef de l’Etat  Abdellaziz Bouteflika. Comme toujours, le maître bonimenteur de Dely Brahim a fait cavalier seul. Il n’a pas associé les membres du Bureau Fédéral et il a volontairement zappé la ville d’Oran quant au choix des sites couvrant la CAN. Il lui a préféré dans le cadre de son «équilibre régionale» : Annaba, Sétif, Alger et ... Tlemcen

Ceux qui sont au fait de la politique algérienne savent très bien les raisons qui l’ont poussé à choisir Tlemcen. Mais Passons . Selon plusieurs sources concordantes, le gouvernement d’Ahmed Ouyahia a déjà rejeté le dossier en s’appuyant sur des contingences d’ordre politique et sportif. Politique parce qu’il n’est pas dans la tradition algérienne de court-circuiter un pays maghrébin, frère et ami  – la Lybie – qui traverse une période difficile. Sportif parce que l’organisation de la CAN demande une stratégie du développement du football qui s’appuie sur une politique infrastructurelle d’au moins une décennie. L’armée a montré l’exemple avec un titre de champion du monde.

En vérité le champion de la lutte des places au sein des instances internationales, Mohamed Raouraoua ne cherche que ses intérêts jusqu’à mentir au Président de la République sur le dossier de la CAN 2013. En effet, il a omis de signaler que l’année 2013 est capital pour le renouvellement de sa candidature au sein de la CAF avec les élections présidentielles et zonales. Footafrique.com est en mesure d’annoncer qu’il existe un deal entre les membres de la zone nord (Tunisie - Maroc, Lybie, Egypte) qui fait que ce sera soit un égyptien soit un marocain qui intégrera le CE de la CAF vu qu’Issa Hayatou n’envisage plus de quitter la présidence. Et le cumulard compte contourner ce deal en misant sur un fait coutumier : un pays qui organise la CAN voit un de ses membres coopté au CE de l’instance africaine.

En conclusion, le bonimenteur et cumulard est sur le gril. En 2013, il aura perdu son poste à la FAF (deux mandats) à l’UNAF, vu qu’il s’agit d’une présidente tournante et à la CAF.  Il lui restera la FIFA et L’UAF pour ses voyages avant que l’Algérie ne tourne la page d’une décennie « Karita » (catastrophique). Sous sa direction les Verts ont été éliminés de trois CAN (2006, 2008, 2012). Ajoutez à cela, toutes les compétitions internationales de jeunes et vous aurez un bien triste palmarès ! Et n’en déplaise à tous ceux qui n’ont que des intérêts personnels à défendre.

 
микрозайм на карту