FIFA : Le scandale vu par la presse européenne

Eco/Medias - PRESSE

Alors que le 61e Congres de la Fédération des fraudeurs (Fifa) s'ouvre footafrique.com vous propose le tour d'horizon de la presse européenne scandalisée par les dernières révélations.

Brésil

Juca Kfouri de Espn Brasil et Radio CBN :

Sepp Blatter dément tout. Il a dit qu'il n'y avait pas de critique et a argumenté en disant que le joli spectacle à Wembley samedi en était la preuve. Mais il a oublié de mentionner qu'il n'y était pas, certainement à cause de l'amplitude de la crise. Il a terminé la conférence de presse en parlant de respect, quelque chose qui est seulement demandé par les gens qui l'ont déjà perdu. La Fifa est touchée par un scandale mondial depuis que Joao Havelange a pris la présidence en 1974 et qu'il a transformé l'entité en ce qu'elle est aujourd'hui.

Angleterre

Matthew Syed dans the Times :

Blatter est l'homme qui s'est assis au sommet du football mondial et qui l'a descendu dans l'abîme moral. Il est la personne qui a condamné la BBC pour son enquête sur la FIFA et a exprimé sa sympathie pour ceux qui avaient été exposés. Ceci, bien sûr, est au cœur du cancer. Lorsque ceux qui sont au sommet de l'organisation doivent leur position à ceux qui se remplissent les poches à ses frais, la corruption devient indispensable à la structure du pouvoir.

Allemagne

Peter Ahrens dans Spiegel :

La FIFA est pourrie. Le Président Blatter et ses disciples s'accusent mutuellement de corruption. Le monde du Football a un besoin urgent de nouveaux dirigeants, mais ne sera pas en mesure d'en obtenir. Pendant des années, la FIFA gardait toutes les allégations de corruption et les théories de conspiration sous silence ... mais quelques semaines de combat pour les élections internes entre Blatter et Bin Hammam ont suffi pour abattre cette façade. Si la FIFA était un immeuble, vous verriez que les poutres sont tellement pourries qu'une simple poignée de l'intérieur a été suffisante pour que tout s'effondre. Blatter se dit "choqué" par les événements des dernières semaines, mais le vieux de 75 ans est l'un des principaux protagonistes de cette situation dramatique. Lui accorder une quatrième mandat serait un signal clair, que les fonctionnaires de haut rang du football n'ont aucun intérêt pour réformer de la FIFA.

Italie

Fabio Licari, Gazzetta dello Sport :

Le Congrès de la FIFA à Zurich commence ici - avec le spectacle impliquant la chanteuse Grace Jones, juste pour perdre plus d'argent - et se poursuit ensuite avec des discussions le 1er juin, l'approbation du budget et le vote. Quelqu'un va s'y opposer ? La FIFA ne s'est jamais effondrée sur elle-même comme ça.

Afrique du Sud

Times Live :

Les informations de la lutte au sein de l'instance dirigeante du football seront accueillies avec une certaine joie pour ceux qui ont eu des problèmes avec la hiérarchie de la FIFA. Mais y prendre du plaisir serait déplacé. La FIFA a de bonnes qualités. Elle est gérée de manière efficace, quoique corrompue, si une grande partie des allégations sont prouvées. C'est juste qu'il ya trop de pouvoir au sommet. Ce dont la FIFA a besoin c'est que quelque chose vienne secouer le système dans lequel un petit nombre d'hommes prennent des décisions énormes sur le football mondial sans avoir de comptes à rendre à personne. L'organisation a un grand besoin de transparence, qui ne peut venir que de la transformation massive. Le scandale actuel pourrait conduire à une telle transformation, mais seulement si il ya un certain leadership honnête et direction actuelle n'en montre aucun signe.

Espagne

Marca :

L'élection du lieu de la Coupe du monde est en soi une question d'État, une décision politique avec des répercussions internationales et il ne devrait pas y avoir le moindre soupçon dessus. Si les plaintes déposées par l'Angleterre sur la Coupe du Monde remise à la Russie sont maintenant rejoints par une corruption présumée dans la désignation du Qatar, la FIFA devra alors faire face à la pire crise jamais connu. Blatter doit maintenant convaincre des millions de fans de football.

Javier Hoyos dans AS :

Blatter sera réélu parce qu'il n'y a pas d'alternative. Ou mieux, parce que Bin Hamman a retiré sa candidature avant que le Comité d'éthique ne le disqualifie pour corruption présumée ... Je n'ai plus confiance en Blatter parce qu'il a fait en sorte que la Coupe du Monde 2022 soit organisée au Qatar.

USA

Rob Hughes dans New York Times :

Blatter parlera, sans doute, durant sa réélection mercredi de sa mission de nettoyer la Fifa, pour l'amener à devenir plus pur et de meilleure qualité. On devrait lui demander, s'il y a des challengers crédibles au sein de l'organisation, comment ça en est arrivé là. Comment, après 13 années de règne et après 36 ans de son implication dans les instances dirigeantes, Blatter a atteint un état aussi désastreux ?

USA (Latino)

Rafael Ramos, ESPN Deportes et La Opinion :

La FIFA tremble et s'effondre de l'intérieur. Il y a un calme nerveux à ce sujet. Le tsunami qui menace Zurich peut arriver quand il veut. Le navire de Sepp Blatter est prêt à supporter le coup. Le monde du football va frissonner, mais Blatter et ses loyaux sujets seront encore là, flottants et s'élevant au-dessus de l'horreur. Et le monde attend. La FIFA est sauvée. Elle est intouchable. Le ballon peut se salir, et donc le sport lui-même, mais la mère de tous les péchés dans le monde du football restera avec un visage propre et une âme sale. Et le monde attend. Joseph Blatter a appelé son conseil de famille. Ces cafards couraient désespérément vers lui comme s'ils s'échappaient du danger vers la sécurité, et pourtant on leur demande de rester calme.

 

In-Goal.com

 
микрозайм на карту