ALG : Escroqueries perpétuelles à la FAF (ABL)

Eco/Medias - ECONOMIE

Le gestionnaire de la Fédération algérienne Mohamed Raouraoua a voulu comme toujours roulé dans la farine les medias "consentants" et les présidents  de clubs dans l’affaire du joueur de Chlef  Joel - Moise Babanda. Dans un communiqué,

 

il a tenté de faire la leçon aux dirigeants de Chlef et de Sétif alors qu’il est le principal responsable du transfert du joueur au club camerounais de Coton Sport de Garoua dirigé par le président de la fédération camerounaise Iya Mohamed  et fief du président de la CAF Issa Hayatou. Il faut bien servir les maîtres.

 

Le gestionnaire de la fédération qui vit les affaires du football algérien à partir de l'étranger (33 voyages depuis le 1 janvier 2001) a oublié que La FAF avait saisi par courrier Chlef pour lui demander si elle devait envoyer la lettre de sortie (certificat international de transfert) de Joël-Moïse Babanda suite à une demande de la Fédération camerounaise et que Chlef lui avait répondu par une lettre d’opposition à la qualification de Joël-Moïse Babanda au Coton Sport et dont Chlef détient la copie parue d'ailleurs dans la presse. Quelques mois plus tard, le Soir d'Algérie croit savoir que "les dirigeants de l’ASO apprendront que ledit joueur a saisi la FAF (commission des litiges) afin de récupérer le reste de son dû. Il a eu gain de cause puisque la fédération lui paiera la somme 50 000 dollars, déduite des recettes TV qui revenaient de droit aux Chélifiens."

 

Les explications du président de Chlef, Abdelkrim Medouar, grand connaisseur en la matière sont limpides et claires. Joël-Moïse Babanda est en abandon de poste au sein de l’effectif de l’ASO depuis au moins une année. "Il faut savoir, dit-il, que le joueur en question avait un litige avec l’ASO pour le non-paiement d’une prime et de deux mois de salaire. Il avait saisi la FAF et la FIFA à ce propos et la Fédération mondiale nous avait sommé de payer le joueur ce que nous avons fait via la FAF (6 000 euros). Pour nous donc le problème était réglé mais Joël-Moïse Babanda a préféré ne pas rejoindre le club de l’ASO en dépit de notre insistance à le garder et à ce qu’il honore son contrat jusqu'à juillet 2011.» A l’évidence, le système électronique FIFA/TMS qui semble éblouir le gestionnaire de la FAF n’est ni plus ni moins que du pipeau et les clubs doivent se mobiliser pour arrêter cette escroquerie perpétuelle de la FAF vis à vis d’eux.

 

A signaler que Sétif a joué contre Coton Sport en Ligue d’Afrique des champions et qu’il a soulevé le problème de la présence de Jean Moise Balanda et faut-il rappeler que le gestionnaire de la fédération a été condamné par le tribunal d'Alger à quatre mois de prison ferme par défaut à la suite de la plainte déposée par le présidet de la JS. Kabylie pour "tentative de corruption et vol de 160.000 dollars." (Affaire à suivre).


 
микрозайм на карту