ALG : Le Soir Algérie fustige le boycott

Eco/Medias - MEDIAS

Le Soir d’Algérie a commenté le boycott du championnat de la L1 et L2 suscité par la fédération et la Ligue nationale et avorté par le ministre de la Jeunesse et des sports Hachemi Djiar.

Sous le titre «Pourquoi le boycott ne sera pas observé», le commentateur «BM» écrit en substance :

« La FAF (fédération)  et sa petite nièce, la LNF (Ligue), tentent, à travers cette action, de faire plier le ministère de la Jeunesse et des Sports. Un MJS qui n’a jamais été associé à la mise en œuvre du chantier de professionnalisation du football et pis encore, qui a souvent été accusé d’être derrière les blocages entravant l’exécution de l’exigence de la Fifa. Celle-ci avait instruit ses membres à rallier le schéma de l’industrie du football au plus tard en 2012. La FAF a, de son côté, fait mieux en réclamant aux clubs algériens, dépourvus de toute forme d’organisation, de se lancer dans le grand bain dès l’exercice 2010-2011.

Aujourd’hui, tout ce beau monde crie son désarroi à l’idée de voir l’État se délester de ses devoirs, de son «assistanat». Les subventions étatiques, locales ou celles puisées du fonds national ne profitent plus à ces clubs qui ont certes enfilé un nouveau costume en passant pour la plupart sous la forme juridico-commerciale de SSPA mais qui continuent d’implorer le Trésor public à ventiler l’argent du contribuable pour concrétiser des opérations mercantiles, lesquelles ne servent ni le football ni les footballeurs. Le bras de fer engagé avec les pouvoirs publics ne serait, par conséquent, qu’un moyen de mettre une pression supplémentaire pour accréditer un projet voué d’emblée à l’échec. Il faudrait croire que ce week-end footballistique (22 et 23 avril) ne sera pas boycotté par l’APCP. Pour des considérations objectives (calendrier) et d’autres liées à la stratégie développée par les véritables initiateurs de la grève du football. ».

 
микрозайм на карту