Corruption : "Je roulais en BMW quand Raouraoua coupait les tickets dans un cinéma d'Alger"

Eco/Medias - MEDIAS

Le quotidien Compétition a couvert la conférence de presse du président de la JS. Kabylie Mohand Cherif Hannachi sur la tentative de corruption dont il a fait l’objet par le gestionnaire de la fédération Mohamed Raouraoua. Et l’Afrique s’interroge si elle va voter pour un corrupteur ? Morceaux choisis.

Hannachi a débuté par l’affaire du match du Ahly qui est, à ses yeux, la source de tout ce bruit. «Ils ont déposé 11 plaintes, mais l’affaire du Ahly n’a jamais été citée par Raouraoua et les autres membres du BF, alors que c’est à partir de cette affaire que les problèmes ont commencé. Moi, j’ai dit la vérité dans cette affaire et j’ai dénoncé haut et fort la magouille, j’ai confiance en la justice de mon pays et j’ai aussi des témoins, mais, Raouraoua n’a pas parlé de cette affaire, cela veut tout dire à mes yeux», dira d’emblée le boss des Canaris.

«Il évite le stade de Tizi Ouzou, mais il viendra au tribunal de cette ville»

Pour rappel, le président de la FAF ne s’est pas présenté au stade 1er-Novembre de Tizi Ouzou lors de la ½ finale retour de la Champions League et il évite ce stade, mais Hannachi promet de ramener Raouraoua à Tizi Ouzou. «C’est vrai, Raouraoua ne s’est pas déplacé à Tizi Ouzou pour voir la JSK lors de ses matchs de la Champions League d’Afrique, mieux encore, il évite toujours le stade de Tizi Ouzou, mais, on le ramènera au tribunal de cette ville pour cette affaire de détournement d’argent. Nous aussi on a déposé des plaintes et on a des atouts à faire valoir devant la justice.»

«J’aurais aimé ne pas lui répondre, mais il me provoque toujours»

Pour ce qui concerne tout ce bruit qui a été fait par cette affaire, Hannachi explique : «Moi, je ne veux pas répondre à Raouraoua et je ne veux pas polémiquer avec lui, car au lieu de m’occuper des affaires du club, je suis en train de perdre mon temps dans cette histoire, mais, Allah ghalleb, j’ai toujours défendu les intérêts de mon club sans faire de calculs et je continuerai à le faire d’ailleurs. A chaque fois qu’on vise la JSK, je riposte.»

«Moi, j’ai fait l’école de la rue»

Sur cette histoire de niveau, Hannachi nous avoue : «C’est vrai, moi je n’ai pas connu les grands instituts, mais, j’ai fait une école que les autres ne pourront pas faire, c’est l’école de la rue qui m’a beaucoup appris. Que les gens cessent de parler de niveau, car, cela ne veut rien dire dans la vie.»

«Etre cultivé ne veut pas dire être homme»

Hannachi parle aussi de cette histoire de niveau dans un autre sens. «A quoi ça sert d’être cultivé et de ne pas être un homme. Dieu merci, la rue forge et par la suite, on devient des hommes, ce n’est pas la tête pleine qui nous permettra de devenir homme. Cela dit, on est des fils de bonne famille et bien éduqués, cela veut tout dire aussi.»

«Je suis un montagnard et fier de l’être»

Hannachi revient aussi sur ses racines, pour rappel, le boss des Canaris a vu le jour à l’ex-Fort national et il a grandi à Tizi Ouzou par la suite. «Moi, je suis un montagnard et fier de l’être. Cela ne m’a pas empêché de jouer au football et par la suite de prendre en main le club et de rester toujours au sommet», déclarera fièrement le premier responsable du club phare de la Kabylie.

«J’ai été joueur et Raouraoua n’a jamais mis une cuissette»

Hannachi est revenu aussi sur sa carrière de joueur lors de cette conférence de presse. «Comme joueur, j’ai gagné des titres avec la JSK, tout le monde connaît Hannachi le joueur, par contre, Raouraoua n’a jamais mis une cuissette. Comment peut-il parler donc devant moi aujourd’hui football ?»

«Je roulais en BMW quand lui coupait les tickets dans un cinéma d’Alger»

Pour Hannachi, l’argent, ce n’est pas tout dans la vie et qu’il a choisi le football par amour et non pas pour se faire de l’argent. «Moi, j’ai été joueur et j’avais déjà une voiture à l’époque. Je jouais au football parce que j’aime ce sport et j’aime aussi la JSK. A l’époque où j’étais joueur, je ne touchais même pas mes primes de matchs. Alors, pour votre information je roulais en BMW quand Raouraoua découpait les tickets dans un cinéma d’Alger.»

«Je le défie d’enquêter sur mes activités personnelles depuis que je suis à la tête du club»

Pour cette affaire d’argent et les autres affaires, Hannachi défie le président de la FAF de désigner une commission pour enquêter sur ses affaires depuis qu’il est président de la JSK. «Comme je vous l’ai déjà dit, moi, l’argent ne m’a jamais impressionné, que Raouraoua désigne une commission pour enquêter sur mes affaires depuis que je suis président de la JSK.»

«Par contre, la même commission doit enquêter sur Raouraoua quant à sa gestion de L’année de l’Algérie en France jusqu’à ce jour»

Hannachi parlera de L’année de l’Algérie en France qu’avait gérée Raouraoua. «Par contre, cette même commission doit aussi enquêter sur Raouraoua, surtout depuis sa gestion de L’année de l’Algérie en France jusqu’à ce jour.»

«On a fait un bon de commande pour les arbitres à l’hôtel Ibis, mais il m’a promis de les prendre en charge à l’hôtel Hilton»

«Pour les plaintes qu’on a déposées contre Raouraoua, on réclame notre argent. Pour le match de la Champions League devant le Ahly, on a fait un bon de commande à l’hôtel Ibis, Raouraoua m’a appelé et m’a promis de prendre en charge les arbitres à l’hôtel Hilton, car, ces derniers ont arbitré l’Algérie devant la Tanzanie quelques jours après, mais, après tout ce qui s’est passé avec cette histoire du match du Ahly, Raouraoua a changé d’avis concernant le payement de cette facture.»

«La JSK n’était pas obligée de prendre en charge le délègué du match du Ahly»

«Mieux encore, le délégué de notre match devant le Ahly a été installé avec les arbitres à l’hôtel Hilton, mais, on nous a demandé de payer sa facture alors que la JSK n’était pas obligée de prendre en charge le délégué du match vu les règlements de la CAF.»

«Son ami était avec les arbitres et il nous a envoyé une facture de 120 000 DA»

«En plus des arbitres et du délégué, un ami de Raouraoua, très connu sur la scène footballistique, a passé la nuit avec les arbitres à l’hôtel Hilton, mieux encore, il a pris une suite et aujourd’hui on défalque 120 000 DA à la JSK, c’est de la hogra, c’est du vol.»

«Je n’ai cité aucun nom mis à part celui de Boukaroum qui est le vrai béni oui-oui»

«Trois membres du bureau fédéral m’ont appelé pour me dire qu’ils n’ont signé aucune décharge contre moi. Mieux encore, moi je n’ai cité aucun nom des membres du bureau fédéral mis à part celui de Boukaroum qui est le vrai béni oui-oui. Je n’ai rien contre Benhamza et Lacarne qui sont des amis à moi, ni contre Fergani qui est un enfant du club ou Tasfaout qui est un grand joueur que nous avons supporté.»

«De quelle gestion Raouraoua parle»

«Aucun club n’arrive à gérer ses affaires, on ne sait pas encore la date de la reprise du championnat, Raouraoua a toujours géré le football national de l’étranger, je ne sais pas donc de quelle gestion ce dernier parle.»

«J’ai toujours joué en première division»

«Moi, j’ai géré la JSK d’une main de fer, la preuve, durant tout mon règne, le club n’a joué que les premiers rôles et la JSK est restée toujours au sommet, sans oublier tous les titres qu’on a remportés. Joueur, dirigeant ou président, Hannachi a toujours joué en première division.»

«On va adresser un courrier à la FIFA»

«On saisira la FIFA, on va adresser un courrier à la haute instance du football mondial pour bloquer Raouraoua. Ce n’est pas normal qu’un président d’une fédération de football qui est en justice avec un président de club brigue un poste dans le comité exécutif de la FIFA.»

«Il n’y a que les membres de l’AG qui peuvent me suspendre»

«Pour revenir à cette histoire de suspension de deux ans, moi, j’ai été élu par les membres de l’AG, je fais aussi partie de cette AG et il n’y a que les membres de l’assemblée qui pourront me suspendre. Je ne sais pas d’où on a tiré cet article pour me suspendre. Comme je vous l’ai déjà dit, je ne vais pas me taire sur cette suspension.»

«Raouraoua ne vise pas seulement Hannachi, mais il veut casser aussi la JSK»

«Aujourd’hui, les choses sont claires comme l’eau de roche. Raouraoua ne vise pas seulement Hannachi mais il veut casser la JSK. Tout cet acharnement contre la JSK provoquera la colère des supporters qui vont réagir. Par la suite, que chacun assume ses responsabilités. Les 160 000 dollars, ce n’est pas l’argent de Hannachi, mais celui de la JSK.»

«Le professionnalisme est mal parti»

«Le professionnalisme est mal parti en Algérie, l’Etat n’a pas tenu ses promesses car on n’a pas été accompagnés dans les étapes qui nous auraient permis de devenir de vrais clubs professionnels. Où sont passés les 10 milliards qu’on nous a promis et où sont passées les parcelles de terrain dont on devait bénéficier ? Le professionnalisme doit être construit comme une maison, mais je vois que chez nous on fait totalement l’inverse, on a commencé à construire par la toiture avant de passer aux fondations.»

 
микрозайм на карту