CAF : Quand Ahmad perd ses nerfs

Eco/Medias - MEDIAS

Le président de la CAF, Ahmad, a perdu ses nerfs mardi et accusé un journaliste algérien de dénigrer les Africains, "peut-être" parce qu’il est "un peu blanc" dixit le dirigeant, ce à quoi, le journaliste –écrivain algérien, Bessol Nazim, patron du bi hebdomadaire BOTOLA et membre du Comex de l’AIPS – Afrique a répondu : « Je suis algérien et africain ». Bessol Nazim interrogeait le malgache, sur les difficultés en termes d’organisation que risque de poser une CAN à 24 pour de nombreux pays. Ahmad a vu dans ces propos une forme de défiance vis-à-vis de l’Afrique subsaharienne et a complément perdu son sang-froid. Heureusement, tout est rentré dans l’ordre dans la soirée, Ahmad et Nazim ont discuté sereinement et levé toute ambiguïté. Affaire classée.