AFR : Issa Hayatou attaque la CAF au TAS

Eco/Medias - ECONOMIE

On savait que le bénévolat a fait son temps au niveau des instances internationales. Au fil des mandats, depuis une vingtaine d’années, leurs membres exécutifs, tout en bénéficiant d’un statut de VIP, se sont goinfrés financièrement par des primes d’indemnités (sic) pour ne pas dire des salaires et des cadeaux (resic). La CAF du Camerounais Issa Hayatou n’a fait que suivre la maison-mère de la Fifa de Joseph Blatter. Ces deux dirigeants, simples scribouillards avant leurs élections (le premier en 1988 et le second en 1998) ont terminé multimillionnaires. Mais ce que l’on ne savait pas, c’est qu’ils avaient décidé de s’octroyer une prime de départ qui donne le tournis. Ainsi, Issa Hayatou et son Comex ont sollicité l’instance continentale pour les percevoir. Et cette dernière a consenti à donner à Issa Hayatou 300 000 dollars et 75 000 dollars aux autres membres du Comex. Trop peu pour l’ancien président de la CAF qui les a refusés et à porter l’affaire devant le TAS de Lausanne. Il réclame 900 000 dollars tout comme son ancien porteflingue, le Malien Amadou Diakité qui a demandé 250 000 dollars. Tous les autres membres dont l’Algérien Mohamed Raouraoua a accepté les 75 000. A signaler que les présidents des fédérations bénéficient également d’une indemnité annuelle. Celui de l’Algérie, Zetchi Kheïreddine a préféré la remettre à la disposition du football féminin et autres.