ALG : La mémoire a trahi Bencheikh

Eco/Medias - MEDIAS

Dans l’émission « El Farik Douali » d’El Heddef-TV animé par le journaliste Chikhi Mohamed, le consultant Ali Bencheikh a perdu quelque peu la mémoire pour ce qui est de l’aventure de l’équipe nationale au Mondial 82 dont il a été un des vingt deux acteurs. Il est venu au secours de son ex-coéquipier du MC. Alger, Bouiche Nasser qui soutenait avoir sa place et qu’il aurait été victime du sélectionneur Mahieddine Khalef. Il faut dire, si l’on se refère à la droiture de l’ex-meneur de jeu du Mouloudia d’Alger, qu’il s’est lourdement trompé. Durant l’année 1981 et celle de 1982, l’équipe nationale a disputé respectivement 11 et 29 rencontres (soit un total de 40) et Ali Bencheikh qui n’a pas porté le maillot national durant toute l’année 1981, a joué 19 fois en 1982 sur les 29 matchs. Sa brillante participation à la CAN en Libye lui a valu sa présence au Mondial espagnol, sans pour autant lui assurer une place de titulaire. Tout choix est arbitraire dit-on mais la présence de Bouiche Nasser n’a jamais été d’actualité, tant la concurrence dans l’entre-jeu et aux avants postes était terrible.

Il a fait des bouts de match : 1 en 1981 et 3 en 1982 avec un but au compteur. Cela n’a pas été jugé suffisant pour faire le stage de Farges qui a précédé le Mondial. Il ne pouvait donc logiquement figurer sur la liste des « 22 » et l’Histoire de la Dream Team ne peut être travestie. En revanche, il y a quelques regrets pour ce qui est de Yahi Hocine. Et à ce jour, l’ex-attaquant du chabab en garde quelques séquelles. Il était dans une forme éblouissante. Il a joué le même nombre de matchs que Ali Bencheikh en 1982, c’est à dire 19 matchs sur les 29. Il a également contribué à l’excellente prestation de l’EN à la CAN. Aussi, le bout de match contre le Chili (3-2) était-il insuffisant. Quant aux 3 joueurs « pistonnés » dont fait état Ali Bencheikh, il faut revenir aux statistiques : Les «22 » du Mondial avaient été convoqués chez les « Vert et Blanc » en fonction de leurs prestations durant les années 1981 et 1982. En conclusion, pour ceux qui ont assisté au Mondial 82, à la Dream Team, il manquait un fabuleux joyau du football algérien : Karim Maroc blessé… Alors rendons à Cesar … et longue vie à Ali Bencheikh -

AB. LAHOUARI (IN BOTOLA)