ALG : Raouraoua III a commencé sa campagne

Eco/Medias - MEDIAS

Faut-il croire, ces quelques membres de l’Assemblée générale de la FAF qui ne font pas de l’unanimisme et qui avancent masqués pour dénoncer les dernières décisions prises par Raouraoua III avec notamment ses sempiternels huis clos ? L’un d’entre-eux a déclaré à BOTOLA « Raouraoua III est dans la peur de perdre son fauteuil. Il est dans la panique totale, alors, il prend des décisions même les plus farfelues pour arracher un quatrième mandat à la tête de la FAF. Il verrouille sec, allant jusqu’à faire appel  aux amis de 40 ans, comme Mohamed Mecherara après l’avoir évincé comme un chiffonier». Il en a été ainsi pour la mise en conformité des statuts et règlements avec la loi sur le sport. Les huis clos ont privé les journalistes de s’intéresser au plus près aux amendements apportés par le seul Raouraoua III et entériné par les deux AG. L’une extraordinaire et l’autre ordinaire. Et pour tous ceux qui ne veulent pas mourir idiot, ces modifications ne sont que de la poudre aux yeux. Par exemple, les deux points importants des statuts et règlements n’ont pas subi le toilettage nécessaire, conformément à la loi sur le sport et le décret d’application, concernant la FAF. La composante de l’assemblée générale et les critères pour accéder à la candidature à la future présidence n’ont pas subi de changements. L’objectif  est d’éliminer les candidats potentiels et de les priver de documents nécessaires, comme les bilans moral et financier pour mieux cerner et les failles qui ont conduit le football algérien à la catastrophique situation dans laquelle il se trouve.

Pour faire plus simple : la possible candidature d’un Rabah Madjer sera rejetée, comme elle l’a été lors du dernier mandat de Raouraoua III alors que la Loi l’y autorise. Elle le sera d’autant plus qu’à la tête de la Commission de candidature, l’actuel gestionnaire n’a pas hésité sous couvert de l’AG « souveraine » de désigner, à la tête de cette structure, un de ses serviteurs zélés, Ali Mebrek le président de la Ligue Régionale de Annaba. Celui-ci sera bien récompensé. Il est certain de rester dans le premier cercle soit en étant «réélu» soit en intégrant le Bureau Fédéral en février 2017, lors de l’AG élective. Certes, la date n’a pas été annoncée pour mieux rester dans le flou et barrer la route aux futurs candidats ( ?!), mais il est clair que Raouraoua III s’est donné le temps. Il s’est offert une année pour tout cadenasser, grâce à ses serviteurs au sein des 60 ligues environ. Celle-ci, durant ce mois de février, ont réuni leurs assemblées générales ordinaires et choisi sur ordre de Dely Brahim (siège de la FAF), la composante des commissions de candidature et de recours avec comme mission d’introniser  la liste des experts qui pourtant n’a plus sa raison d’être. Ainsi, à  moins d’un miracle, tout est faussé. Heureusement que certains y croient, surtout avec le vent nouveau qui souffle dans notre pays. Et puis, ne dit-on pas que l’Algérie est la mère des miracles ?

AB.LAHOUARI (IN BOTOLA)

 
микрозайм на карту