ALG : Tour de vis à Alger selon Botola

Eco/Medias - MEDIAS

Pour des raisons obscures, il existe une rétorsion sinon une manipulation de l’information depuis le dramatique incident survenu au stade de Tizii-Ouzou. La convocation de Raouraoua III au ministère de la Jeunesse et des Sports est passée sous silence alors qu’elle represente un tournant décisif  dans les rapports qu’il doit entretenir avec l’autorité de tutelle. Il lui a été soumis une feuille de route qu’il doit respecter scrupuleusement. Un document qui va changer certaines dispositions des statuts de la FAF conçus sur mesure, durant trois mandats, pour empêcher les compétences nationales de servir le football national. Il y a cette lettre au président de la LFP, Mahfoud Kerbadj dans laquelle, il lui est demandé d’expliquer sa présence à l’Assemblée générale de l’UNAF, à Tunis, où il a remplacé Raouraoua III qui se trouvait en Arabie Séoudite alors que le football algérien était la cible de certains medias étrangers. Il y a cette note adressée aux services compétents pour qu’à l’avenir, aucun dirigeant représentant l’Algérie, aucune équipe nationale ni aucun club, ne puissent quitter le territoire national sans un ordre de mission de l’autorité de tutelle... D’autres décisions vont suivre et la sortie du ministre de la Justice et garde des sceaux, Tayeb Louh est un signal fort. « Tous les responsables qui n’ont pas pris les mesures de précaution seront poursuivis » à la suite de la mort d’Albert Ebossé. Ce message est adressé à tous ceux qui ont profité de la bienveillance et de la confiance de l’Etat pour ternir son image. Doit-on conclure que dorénavant, les règles du jeu en football sont algériennes et ne seront plus importées ? -