Les InfosMondial/CAN

FIFA – CAF : Bouchamaoui «Une opportunité pour réinventer le football»

Le Parisien

Le très discret tunisien Tarek Bouchamaoui, membre du Conseil de la FIFA et du CE de la CAF, a accordé un entretien exclusif au quotidien français, Le Parisien.

Membre du CE de la CAF depuis 2011 et ancien Président de la Commission d’arbitrage (2011-2013), Tarek Bouchamaoui, 53 ans, est dirigeant d’entreprise, actionnaire et membre du conseil d’administration de plusieurs sociétés et de fonds de private equity (capital investissement).

Comment l’Afrique surmonte la crise sanitaire ?

Jusqu’à maintenant, l’Afrique a été relativement épargnée par le coronavirus, avec 17 000 cas confirmés et 900 décès. Certes, de nombreux pays africains manquent d’équipements, parmi lesquels les appareils d’assistance respiratoire et l’on doit rester vigilant quant à une éventuelle propagation du Covid-19 dans les trois à six
mois qui arrivent. L’Afrique est un continent plein de ressources, qui peut compter sur ses propres enfants. De nombreuses initiatives économiques, sociales et solidaires ont vu le jour. Notre continent a déjà surmonté d’autres crises sanitaires, comme le virus Ebola, et cela peut inciter à un certain optimisme.

Le football doit-il reprendre, mais notamment en Europe?

Il reprendra un jour, mais quand ? Le même problème se pose partout, en Afrique comme en Europe. Pour cette question, il faut différencier deux options : les championnats nationaux pourront reprendre dans les pays s’étant libérés du coronavirus ; et les compétitions internationales qui dépendent de l’éradication planétaire du Covid-19. Dans ce dernier cas, c’est l’affaire de la FIFA et des confédérations, en convergence avec la FIFA et en coordination avec les fédérations. La seule certitude est que, malgré les enjeux financiers, les nombreux emplois directs et indirects qui dépendent de ce secteur et la fonction sociale du football, la santé des populations prime avant tout. Prendre des décisions prématurées, alors même que l’on ne connaît pas encore tout sur le coronavirus et que l’on ne sait pas si la pandémie sera éradiquée dans un, six ou douze mois, serait irresponsable. Comme le dit Gianni Infantino, président de la FIFA, la santé passe avant tout.

Quand la FIFA se prononcera-t-elle ?

La FIFA s’est associée à l’OMS (Organisation mondiale de la santé) pour combattre le coronavirus et sensibiliser, grâce à la notoriété des footballeurs, les populations. Avant de se prononcer, la FIFA doit suivre avec attention les avis des spécialistes du secteur médical, les experts scientifiques et les dirigeants politiques. La situation est suivie au jour le jour.

Comment voyez-vous le football après le Covid-19 ? Le football doit-il se transformer ou se réinventer ?

Le monde va très probablement se réinventer après une telle crise sanitaire, et le football ne devrait pas échapper à la règle. Le constat, pour ce qui est du football, sur le plan économique, c’est qu’on ne peut pas continuer pour le moment dans cette voie, avec de tels montants. Il faudra du temps pour revenir à une situation stable. Après la crise sanitaire, il faudrait trouver un autre modèle économique. Le secteur du football fonctionne à flux tendu et ses revenus sont principalement liés aux contrats de et à la billetterie. Il faudrait s’attendre à des droits de diffusion qui baisseront. Concernant le sponsoring, les grands groupes risquent de revoir leurs stratégies d’investissement, ce qui pourrait également amener à une révision des montants des contrats. Je pense notamment à mon continent, l’Afrique, où il faut trouver d’autres sources de revenus, et faire de cette crise une opportunité pour réinventer notre football sur le continent, rendre les compétitions plus attractives en améliorant le produit.

DOMINIQUE SEVERAC

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité