AlgerieLes Infos

FAF : Du gré à gré pour 7 milliards qui passe mal au BF

La question est sur toutes les lèvres. Le président de la FAF, Amara Charaf-Eddine, veut-il aller trop vite en besogne ? A-t-il octroyé un marché de 7 milliards de centimes, au gré à gré, sans passer par la Commission des marchés et donc sans appel d’offres et sans en référer au Bureau Fédéral ? Une information confirmée par plusieurs membres du Bureau Fédéral et qui divise ce dernier à la veille de la réunion mensuelle de l’exécutif de la FAF, prévue aujourd’hui jeudi. Cependant si dans les textes, rien n’oblige, l’instance fédérale à respecter le code des marchés publics, la tradition veut que « les asso- ciations sportives s’en inspirent et en fassent le fil rouge de leur gestion. » nous indique un respon- sable du Ministère de la Jeunesse et des Sports.

Dans le cas de précis, les chantiers de l’hôtel dit «Maouche ou 64» de Sidi Moussa tout comme le reliquat (5 chambres) de l’hôtel des Fennecs ont été attribués sans appel d’offres ni consultation à une entreprise algéroise qui soustraite pour
une entreprise étrangère selon plusieurs sources concordantes. «Nous n’avons appris ce choix que bien après, par le président Charaf-Eddine, lors du Bureau fédéral du mois de juin», a souligné un de ses membres. Cette décision unilatérale aurait été justifiée par «l’urgence» et le fait qu’il s’agissait de l’équipe nationale. Or, selon nos informations, l’hôtel des Fennecs était quasiment prêt, il ne manquait que quelques aménagements et du mobilier 5 étoiles pour accueillir, dans les meil- leures conditions, les protégés de Djamel Belmadi, avant le début de la campagne des éliminatoires de la Coupe du Monde 2022.

«L’ancien président en accord avec le sélection- neur voulaient ce qui se fait de mieux pour nos joueurs. Il voulait en faire un vrai camp de base, un lieu de vie ou les joueurs se sentiraient au mieux
et qu’ils n’auraient pas besoin de quitter sauf pour rejoindre les terrains. Faute de temps, certains équipements médicaux et certaines pièces de mo- biliers n’ont pas été acquis, pandémie de Covid-19 oblige, surtout que les appels d’offres lancés sont revenus infructueux concernant ce type de maté- riel», explique à BOTOLA, un autre responsable sous couvert d’anonymat. En revanche, il a tenu à préciser que «lors de la passation de consignes, entre Zetchi et Charaf-Eddine, ce volet a été évo- qué et placé en priorité des priorités par le nouveau président. Ce qui l’a certainement poussé à opter pour le gré à gré, dès son installation, à la tête de la FAF», précise notre interlocuteur.

Toutefois, ce qui inquiète les membres du BF reste le fait qu’il ne s’agit pas de l’hôtel des Fennecs, mais d’un autre chantier, celui du (64), réservé aux autres sélections». Et là, un autre membre fédéral s’interroge sur les raisons de cette précipitation : «Il n’y a pourtant pas urgence. Nous en avons discuté avec certains collègues et nous comptons interpeler le président sur ce dossier, surtout qu’il engage la responsabilité de tout le BF». Et ce sera certainement lors de la réunion d’aujourd’hui. Au moment ou nous mettons sous presse nous apprenions qu’une réunion était en cours avec plu- sieurs membres du BF, à la veille de la réunion de ce dernier, la question du gré à gré était au centre de cette rencontre.

-YANIS.B

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité