Eco/MediaLes InfosMEDIAS

COA : Attention danger !

NAZIM BESSOL

La gravité des entorses laisse craindre le pire pour le mouvement olympique algérien, plus haute autorité morale du sport. La bataille que se livre les différents clans en son sein, risque de coûter cher au sport national, si le Comité Olympique International venait à accueillir favorablement les requêtes de l’ex-ministre Salim Raouf Bernaoui.

La multiplication des infractions, notamment l’absence de Commission de candidature et de recours, Commissions non prévues par les statuts ni le règlement intérieur du COA, mais auxquelles ne peut se substituer le Comité exécutif, constitue une entorse majeure. Sans parler du fait que deux des candidats : Abderrahmane Hammad et Mustapha Kerboua siègent au Comité exécutif. Aussi, le fait que Mustapha Berraf, membre du Comité Olympique International, quitte la réunion est certainement un signe. Conscient de la gravité de la situation, il a préféré se retirer afin de lever tout équivoque, aux yeux du CIO.

Pire, le ministère de la Jeunesse et des Sports a saisi la Fédération algérienne d’escrime, de nuit, pour lui signifier, la veille de la clôture des candidatures, que Raouf Salim Bernaoui n’est pas le président de l’instance ! Une ingérence directe et un rétropédalage qui pose nombre de questions sur la relation de la tutelle avec la Fédération d’escrime depuis le mois de mars dernier, date à laquelle l’Assemblée Générale, en présence de représentants du MJS, a validé le retour de Bernaoui !

Une série d’anomalies en plus de plusieurs autres, qui place aujourd’hui le Comité Olympique algérien, et donc le sport national dans son ensemble, sous le feu du CIO. Si ce dernier venait à suspendre le CNO national, c’est l’ensemble des Fédérations qui le serait et donc le football. Une hypothèse des plus crédibles, qui anéantirait des mois, voire des années de travail de l’équipe nationale championne d’Afrique en titre, qui a placé le rendez-vous de 2022 au Qatar en bonne place sur son agenda.

Non, le jeu n’en vaut pas la chandelle et si Bernaoui ou un autre à le droit de se porter candidat, il doit pouvoir exercer ce droit aujourd’hui plus que demain, l’Algérie nouvelle c’est aussi et surtout le sport et sa gestion !

 

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité