Eco/MediaLes InfosMEDIAS

COA – ACNOA : Pour qui roule Berraf, après Nidaa El Hassan et Hatikvah ?

IN BOTOLA

La vidéo est devenue virale, en l’espace de quelques heures, elle a envahi la toile, suscité des milliers de partages et de commentaires et autant d’indignation. Elle montre Mustapha Berraf, Président du Comité Olympique Algérien (COA) et de l’Association des Comité Olympique Africain (ACNO) se lever pour la Hatikvah, (l’hymne national de l’occupant israélien), lors des du tournoi international de judo à Paris. La vidéo publiée sur le site de la Fédération Internationale de Judo, montre Mustapha Berraf, debout adopter une posture solennelle en l’honneur de la médaille remportée par le judoka israélien Peter Paltchik.

Dans la journée de dimanche, alors que le politique s’est emparée de l’affaire à l’image du président du MSP, Abderrazak Mokri, stupéfait et qui s’interroge sur l’authenticité de la vidéo. Mustapha Berraf, avait déjà actionné ses relais et le COA a pondu un communiqué dans lequel, il nie les faits et menace de poursuites judiciaires la chaîne Numidia News, qui a diffusé la vidéo. Interrogé par le site français TSA. com, Berraf dément : « Je ne répondrais que par une action en justice pour un montage vidéo » affirme-t-il, avant de préciser « J’ai été invité par le Président de la Fédération Internationale de Judo qui m’a demandé de remettre des médailles. J’ai alors remis des médailles aux filles de -78 kg. J’étais accompagné par la Présidente du Comité olympique de Djibouti et par le Président adjoint du Conseil général de la région. C’est tout ». Soit !

Or, la remise des médailles à laquelle fait référence Berraf, s’effectue au niveau du podium, alors que la séquence dans laquelle, il est incriminée, le montre debout dans la tribune officielle au moment de l’exécution du Hatikvah. S’il s’agit d’un montage comme l’affirme l’intéressé, le COA et ses multiples relais auraient démenti, alors il a été effectué au niveau de la Fédération Internationale de Judo, puisque la vidéo toujours consultable, le montre nettement reconnaissable en costume sombre, de profil, entouré par quatre dames, deux rangés derrière le Président de la Fédération Internationale de Judo, Marius Vizer, en premier plan. La réalité est amère. Il ne s’agit pas d’une première pour Mustapha Berraf. Au mois d’août dernier, il était blâmable de faits similaires.

En marge de la cérémonie d’ouverture des Jeux Africains de Rabat, alors que la délégation algérienne avait quitté le stade au moment de l’intonation de Nida Al Hassan (chant de propagande) en l’honneur de la marche Verte, Mustapha Berraf, avec sa double casquette COA et ACNOA, est resté figé. Plus récemment, alors que le Maroc organisait la CAN Futsal, dans les territoires occupés de Laâyoune (RASD), il s’est fait remarquer par un silence assourdissant en tant que président de l’ACNOA. En sa qualité de membre du Comité Olympique International, Mustapha Berraf s’est-il mis en tête d’enfreindre systématiquement les positions et constantes algériennes au nom du drapeau des cinq anneaux ? Ou bien est-il tout simplement un membre influant d’un mouvement anti-algérien qui pour l’heure, épouse les thèses marocaines et israéliennes ?

 

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité