Les InfosQatar 2022

CM 2022 : Hassan Al Thawadi : “une référence dans l’histoire de l’organisation de tournois majeurs”

A 1000 jours du coup d’envoi de la Coupe du Monde 2022, le Secrétaire General du Supreme Committee for Delivery and Legacy (SC), (Comité d’organisation de la CM 2022), Hassan Al Thawadi, revient sur les principales réalisations et se projette sur ce qui rester à accomplir.  

Plus que 1 000 jours avant le coup d’envoi de la Coupe du Monde Qatar 2022, où en êtes vous en termes d’avancé dans les infrastructures et que pouvons-nous espérer voir cette année?

A 1 000 jours de l’évenement, je suis très fier de dire que nous respectons le calendrier. En ce qui concerne les stades, nous en avons inauguré deux, le stade Khalifa et le stade Al Janoub l’année dernière. Education City Stadium est terminé et nous attendons juste le bon moment pour le lacement. D’autres stades à l’image de ceux d’Al Rayyan et du stade Al Bayt sont attendus pour la fin de l’année. Fin 2021 début 2022 les huit stades prévus seront réceptionnés avec la livraison du stade de Lusail. S’agissant des autres infrastructures, le métro, par exemple, est déjà opérationnel et a été testé avec succès lors de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA. D’autres lignes arrivent et le plus important est que ce moyen de transport a été très utilisé par la population et pas seulement pour tournoi mais de façon plus générale. Pour les Technologie de l’information et de la Communication (TIC), nous avons pratiquement terminé la couverture 5G de quasiment l’ensemble du territoire. Autrement dit, pour ce qui est des infrastructures du tournois, tout se met en place selon le programme établi et nous sommes passés à phase opérationnelle. Actuellement, nous travaillons sur nos capacités opérationnelles et à leur amélioration, pour accueillir la Coupe du Monde 2022.

Que fait le Qatar pour s’assurer de la durabilité des 8 stades longtemps après la Coupe du monde ?

Pour garantir la durabilité des stades, dès le premier jour, nous nous sommes assurés au cours de la phase de conception que nous avions d’abord intégré les avis des communautés dans lesquelles ces stades sont situés. C’est ce qui explique la spécificité de chaque stade et qui en fait un ouvrage privilégié à destination de la communauté et pour les gens qui l’entourent, il peut donc être utilisé quotidiennement. Ainsi par exemple à Al Janoub, à Al Bayt, nous avons développé des parcs autour des stades pour que la communauté les utilise. En plus, nous voulions nous assurer qu’il n’y ait pas de capacité excédentaire dans les stades et éviter qu’ils ne soient sous-utilisés. Ainsi, la plupart des stades pour les phases de groupes, en fait tous ces stades sont d’une capacité de 40 000 places, cette capacité sera réduites, selon les besoins que nous avons défini. La plupart seront ramené à environ 20 000, 25 000, les sièges restants, les sièges modulables, seront reconfigurés et donnés aux nations en développement, dans le cadre de notre contribution au développement du football .

La Coupe du Golfe et la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA ont récemment eu lieu au Qatar. Quelle était l’importance de ces événements dans la préparation du grand rendez-vous de 2022?

Ils ont été très très importants bien sûr tout au long de nos préparatifs. Depuis que nous avons acquis le droit d’organiser la Coupe du Monde, jusqu’à la Coupe du Golfe et la Coupe du Monde des Clubs, beaucoup de nos plans, beaucoup de nos préparatifs se bornaient à développer des infrastructures, mettre en place des plans opérationnels, mais ils étaient tous théoriques. Nous avons progressé, vers le test de chaque plan que nous avons mis sur le terrain, à travers un phasage très progressif des plans, en testant différents éléments, en testant différentes fonctions. Ces deux compétitions, ont été des jalons très, très importants pour nous. Nous avons la Coupe du Monde des Clubs 2020 à venir, nous avons un autre tournoi que nous cherchons à accueillir en 2021. Chacun d’entre eux constitue une étape importante, pour tester les plans, nous tester, en tant qu’individus également, tester nos capacités et je suis très fier de dire que la conclusion de 2019 a été un grand succès, à la fois en termes de buts et objectifs, mais aussi, cela nous a permis de voir ce qui fonctionne et pas et comment nous pouvons y remédier et préparer 2020, en fonction des leçons apprises. Mais en même temps, le tournoi en lui même a été un grand succès. Cela a confirmé ce que nous avons dit, que ces tournois sont une excellente occasion, une grande fête pour que les gens se réunissent. Ils représentent une grande opportunité pour des personnes d’horizons et de cultures différentes de découvrir ce qu’est la culture arabe, ce qu’est vraiment la culture du Moyen-Orient, notre hospitalité, combien nous sommes passionnés de football. Et je pense que ce fut pour nous un moment révélateur, mais en même temps un moment festif aussi.

Que vous ont appris la Coupe du Golfe et de la Coupe du monde des clubs en termes de sécurité et expérience de fan?

Je pense que les principales leçons apprises lors de la Coupe du Golfe et de la Coupe du monde des clubs sont d’abord, la résilience du système de transport. Mais en même temps, nous devons mettre plus de pression sur le système de transport, pour voir s’il peut tenir, peut-il supporter des foules plus importantes. Ensuite, vous avez la programmation des matchs, je pense que c’est très important pendant le tournoi, comprendre comment nous programmerons les matches, entre les différents événements ou les différents horaires. En termes de sécurité, je pense que lors de la Coupe du monde des clubs, c’était l’une des premières fois que nous avions des foules importantes, de différents horizons avec des style de vie différents allant au stades.. etc. Et je pense que ce fut une leçon très précieuse pour nos équipes de sécurité. Nous avons eu des incidents par exemple avec les fans de l’Espérance Tunis, il y a eu quelques moments de tension que nos équipes de sécurité ont très bien géré, je pense. Même si il s’agissait de la toute première fois que nous avons vécu ce genre d’expériences, je pense que cela nous a donné le ton pour 2020, les zones sur lesquelles nous devons nous asseoir et nous développer, les points sur lesquelles nous devons nous entrainer, communiquer avec les fans, leur expliquer les zones de localisation, les passerelles et les écouter aussi, obtenir les commentaires, avoir un canal de communication bidirectionnel, je pense que c’est essentiel.

Comment évalueriez-vous le succès de la Fan Zone de la Coupe du Monde des Clubs de la FIFA, où l’alcool était servi aux supporters en visite?

Les Fan Zone ont été un succès au fil des ans, nous l’avons toujours dit, nous aurons des Fan Zone dans certaines régions et où de l’alcool sera disponible et nous l’avons fait. L’atmosphère était géniale, les fans ont passé un bon moment, de l’alcool à prix abordable était disponible et comme je l’ai dit, l’atmosphère était absolument fantastique. Une atmosphère qui a montré ce que nous avons promis et que le modèle que nous avions proposé fonctionne. Maintenant la question est de savoir comment le développer, créer de nouveaux emplacements différents et l’améliorer.

Cet été, nous avons la Copa America, l’Euro 2020 et les Jeux olympiques de Tokyo. Dans quelle mesure est-il important pour le Qatar de continuer à tirer des enseignements des événements majeurs de ce type?

C’est absolument vital, c’est absolument important, je ne pense pas que nous aurions pu être là où nous en sommes aujourd’hui sans l’hospitalité et la générosité des précédents hôtes du tournoi qui ont accueilli nos équipes et nous ont permis d’apprendre d’eux et appliquer les leçons apprises au Qatar. Ainsi, la Russie, l’Euros en France, tous ces différents événements dont nous avons appris. Sans oublier la générosité continue de l’UEFA et de la Ligue des champions pour nous permettre d’assister à ces événements ont montré qu’il y a énormément d’avantages que nous pouvons en tirer. En conséquence, certainement que la Copa America, les JO de Tokyo et l’Euros, sont des étapes essentielles pour que nous réapprenions, pour en revenir avec des informations, pour construire un réseau avec des gens sur qui nous pouvons compter et bâtir sur leurs expériences aussi.

Enfin, en 2022 – à quoi ressemblera le succès une fois le coup de sifflet final ?

Pour moi, le succès, c’est que les gens passent un bon moment. Super ambiance, des gens formidables d’horizons et de cultures différents qui viennent d’arriver, que ce soit à la Corniche, Musheirb, que ce soit dans l’un des différents endroits au Qatar. Juste des gens d’horizons très différents qui célèbrent ensemble, c’est un facteur, du grand moment de football, pas de doute à avoir sur ça. Je crois aussi en la nature compacte de notre tournoi. Il n’y a aucun doute sur le fait que ce sera un grand moment de football car je pense que la nature compacte de notre tournoi garantira que les joueurs seront à leur niveau de performance maximal
et donc vous retrouverez du grand football sur le terrain. Puis au-delà, ma mesure du succès sera 2024, 2025, 2026, lorsque nous pourrons identifier les personnes qui ont personnellement bénéficié de ces
tournois. Que ce soit les entreprises et les entrepreneurs qui ont pu se développer grâce à leur contribution et à leur implication en 2022 et donc à la création d’emplois. Que ce soit des gens qui bénéficient de nos projets, tels que Generation Amazing, qui utilise le football pour le développement et que vous voyez comme des leaders dans leur communauté grâce à ces projets. Que ce soit trouver des chefs de file de l’industrie du sport grâce à certaines de nos initiatives, par exemple le Josoor Institute, qui améliorent les compétences des gens de l’industrie du sport. En fin de compte, et nous l’espérons en 2028 ou 2030, vous commencerez à voir une industrie sportive en croissance dans la région qui contribue à la création d’emplois, qui contribue
à l’autonomisation qui contribue à améliorer la vie des gens.

Cela fait près de 4 000 jours que le Qatar a lancé sa candidature, et il ne reste plus que 1 000, dites-nous comment vous vous sentez à l’approche du coup d’envoi ?

A 1 000 jours et maintenant que vous venez de mentionner les chiffre de 4 000 jours, je veux vous dire que cela me fait prendre conscience de l’ampleur de la tâche. J’ai juste envie de dire wow ! C’est long ! C’est seulement 4 000 jours, vous êtes sur ?! Il y a beaucoup d’excitation, mais il y a aussi évidemment de l’anxiété, disons du bon stress qui bouillonne dans le ventre. Parfois, ce feu est grand, il vous réchauffe, il vous dynamise, il vous pousse en avant. Et son excitation, est une excitation absolue. Dix ans de notre vie ont été consacrés quotidiennement à ce jour. À 1000 jours de la fin, nous ne pouvons que, enfin du moins pour moi personnellement, je ne peux que le regarder avec excitation, inquiétude, anxiété, mais surtout, conviction que ce sera, sans aucun doute, le meilleur tournoi. La première Coupe du monde au Moyen-Orient, dans le monde arabe, établira une référence dans l’histoire de l’organisation de tournois majeurs.

 

Tags
Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité