AfriqueLes Infos

CAF : Que cache la violente réponse d’Ahmed Yahya ?

NAZIM BESSOL

Candidat à la présidence de la Confédération africaine de football (CAF), le Mauritanien Ahmed Yahya n’est pas allé par trente-six chemins pour dénoncer la décision du Comité de gouvernance de la CAF, de valider partiellement sa candidature. Après avoir pris acte,
dans un premier temps, de la décision tout en affirmant sa disponibilité à répondre, le 28 janvier prochain, à la convocation du Comité de gouvernance, il a sorti l’artillerie lourde pour dénoncer dans une lettre adressée au Secrétaire général par intérim de la CAF « le manque de délicatesse, le manque de sobriété, le manque de modération et de courtoisie à l’égard de ma candidature. Inutile,
par ailleurs, de rappeler que nous avons des règles précises qui régissent le fonctionnement de la CAF et que le processus électoral
ne justifie en rien qu’elles soient ainsi radicalement violées, bien au contraire. », écrit le membre coopté du Comex, candidat à la succession du Malgache, Ahmad Ahmad, suspendu 5 ans par le Comité d’éthique de la FIFA.

La suite de la lettre publiée, dimanche, par l’équipe de campagne d’Ahmed Yahya et adressée au Secrétaire général par intérim de la CAF, Abdelmounaïm Bah, met à nu « un traitement inéquitable aux candidatures» comme l’écrit Ahmed Yahya. La décision du Comité de gouvernance de la CAF avait été fixée au 11 janvier comme le rappelle, d’ailleurs, le candidat mauritanien. Selon nos informations ( ndlr – le journal BOTOLA), la publication des candidatures retenues, au soir du 7 janvier 2020, n’est que le fruit d’un gros malentendu entre le Secrétariat général de la CAF et le nouveau directeur des médias, Alexandre Siewe. Ce qui expliquerait que la communication aurait été supprimée du site de la CAF, dans la nuit, avant d’être à nouveau publiée. Un épisode auquel Ahmed Yahya n’a pas manqué de faire allusion « Je m’étonne, par ailleurs, que cette communication intervienne opportunément avant la date officielle, préalablement annoncée. N’y avait-il pas là, le temps nécessaire pour régler ces questions administratives ? », s’interroge le président de la Fédération mauritanienne de football.

De plus, le délai de 21 jours, fixé par le Comité de gouvernance alors que les quatre candidats ont été conviés à présenter leurs projets aux membres du Comité exécutif de la CAF, le 15 janvier prochain, pose problème. Pourquoi attendre si longtemps comme le soulève Ahmed Yahya ? Pourquoi ne pas profiter de la présence de tout le monde au Cameroun, en marge du CHAN 2021, pour clôturer ce chapitre ? autant de questions que le candidat mauritanien ne manque pas de souligner, tout en refusant de croire à des manoeuvres. «Ces graves dysfonctionnements, dont je ne saurai croire qu’ils sont des manoeuvres, comme l’affirment d’ores
et déjà de nombreux observateurs avisés du monde du football, portent non seulement atteinte à mon honneur, mais aussi à celui de
la CAF, ce que nous ne saurions accepter. », détaille Ahmed Yahya.

Enfin, la lettre d’Ahmed Yahya intervient après la réunion du Comité d’Urgence, convoqué par le président par Intérim, Constant Omari. La CAF a alors annoncé, dimanche, que : «La Commission de gouvernance de la CAF devra soumettre, à la Commission de Contrôle de la FIFA, les candidatures reçues pour le poste de Président de la CAF, étant entendu que le Président de la CAF a vocation à devenir le Vice-Président de la FIFA», et de poursuivre : «La Commission de gouvernance de la CAF devra déterminer, avec la Commission de Contrôle de la FIFA, une date d’officialisation dans les plus brefs délais, de la liste définitive de tous les candidats à toutes les élections, à savoir: membres du Comité Exécutif, membres Conseil de la FIFA et Président de la CAF.» Faut-il y voir une intervention de la FIFA ? L’image est de plus en plus claire …
NAZIM BESSOL

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité