AfriqueCAFLes Infos

CAF : Le Soudan zappé pour le Maroc

NAZIM BESSOL

Ahmad Ahmad n’a rien d’un démocrate. Le gestionnaire de la Confédération africaine de football (CAF) n’a pas tenu compte de la candidature du Soudan, un des trois pays fondateurs de l’instance continentale pour la tenue de l’Assemblée Générale élective (AGE) du mois de mars prochain. Après avoir annoncé en juin dernier l’organisation de l’élection en Mauritanie, avant de charger les experts médias de la CAF de démentir l’info, Ahmad Ahmad a changé son fusil d’épaule en exigeant du Comité d’urgence à sa solde de trancher la question. Si pour le commun des mortels il n’y avait aucune urgence pour recourir à ce Comité, devenu un véritable cabinet « noir » qui a réduit le Comité exécutif de la CAF en une simple chambre d’enregistrement, pour Ahmad si !

Dans la foulée de la réunion du Comex, en juillet dernier, la Fédération soudanaise, présidée par le Dr Kamal Hamed Shaddad (ex-membre du CE de la CAF), a saisi le siège du Caire. La Fédération soudanaise a rappelé qu’elle possédait une longue expérience pour ce qui est de l’organisation des événements sportifs, notamment le cinquantième anniversaire de la CAF en 2007 et les deux CAN de 1957 et 1970. Un grain de sable dans le « chronographe » déjà établi au Caire et qui prévoit la tenue de l’AGE en terrain favorable. Fort de son expérience de 2017 à Addis-Abeba, lorsqu’il avait renversé l’inamovible Issa Hayatou, dans les ultimes heures avant le scrutin, Ahmad Ahmad, qui joue à installer un faux suspense sur sa candidature pour un deuxième mandat, veut fermer toutes les portes, notammentcelles des chambres d’hôtel la nuit précédant le scrutin.

Quoi de plus normal pour lui que de se rabattre sur le Maroc, où Faouzi Lekjaâ, président de la Fédération Royale Marocaine et 2e vice-président de la CAF, veille au grain !

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité