Eco/MediaLes InfosMEDIAS

CAF : Ahmad Ahmad retrouve les pleins pouvoirs   

NAZIM BESSOL (In BOTOLA)

La suspension temporaire annoncée par le TAS Lausanne de la sanction du Comité d’éthique de la FIFA, à l’encontre d’Ahmad Ahmad, réhabilite momentanément ce dernier. Le courrier daté du 30 janvier 2020, envoyé par le président par intérim, Constant Omari, aux secrétaires généraux et aux présidents des associations membres avec comme objet : « reprise de service du président élu de la CAF », acte le retour d’Ahmad Ahmad, en tant que président de l’instance. Un statut qui lui confère les pleins pouvoir durant au moins un mois (jusqu’au 2 mars prochain) date à laquelle le TAS statuera de manière définitive.  En attendant Ahmad Ahmad, déjà annoncé à Yaoundé pour la finale du CHAN rejoindra le Caire et le siège de la CAF avec l’ensemble de ses prérogatives.

 Il peut donc (révoquer, licencier, convoquer une assemblée extraordinaire, un Comité d’urgence… Il peut aussi décider de mettre en action un nouvel agenda ! Une option qui fait craindre le pire à de nombreux protagonistes notamment à certains candidats. Ahmad Ahmad, qui n’a plus d’ambition au niveau de la CAF, peut cependant, décider d’une sortie plus honorable. Selon nos informations, plusieurs membres l’ont sollicité pour qu’« il réparent ce qui peut encore l’être ». « Le président Ahmad se sent plus que jamais trahi, il ne revient pas pour régler des comptes, mais il peut encore décider de sortir par la grande porte en prenant des décisions fortes afin de mettre fin à ce qui en train de se tramer » nous explique un responsable. Ira-t-il jusqu’à chambouler le programme des élections comme le suggèrent déjà certains membres influents de la CAF ?

Un cercle très restreint

La suspension du Comité d’éthique de la FIFA et le déroulé des évènements par la suite, ont permis à Ahmad Ahmad, de faire le point sur son entourage qu’il pensait le plus proche. Le malgache est passé selon son premier cercle de « 7 coups de téléphone par jour à plus près de 100 depuis vendredi soir» nous dit notre interlocuteur. Une situation qui fait « rire Ahmad Ahmad » selon la même source. D’où une méfiance absolue de celui qui vient d’être réhabilité jusqu’au 2 mars prochain par le TAS Lausanne. « Personne ne sait ce qu’il compte faire, il n’en parle à personne. Mais ce qui est sûr c’est qu’il ne va pas rester les bras croisés» nous explique notre interlocuteur. Mis à part Constant Omari et Augustin Senghor qui ont fait preuve d’une fidélité de tous les instants, tous les autres sont dans l’expectative. D’ailleurs, depuis l’annonce du retour d’Ahmad Ahmad, Yaoundé, la capitale camerounaise est redevenue l’épicentre du football africain et donc l’endroit où il faut être avant la finale du CHAN 2020.

Pas d’escale en Mauritanie

Entre la fin du CHAN 2020 et l’assemblée générale élective de la CAF, le 12 mars prochain, Ahmad Ahmad, n’a pas prévu d’assister à la CAN U-20 en Mauritanie. Une façon de rendre à Ahmed Yahya, président de la fédération mauritanienne de football et candidat à la présidence de la CAF, la monnaie de sa pièce. Membre du Comex de la CAF, coopté par Ahmad Ahmad, le mauritanien fait partie tout comme, son homologue djiboutien Soulaiman Waberi des personnes dont le malgache ne veut plus entendre parler. Et pour bien signifier son mécontentement, Ahmad Ahmad aurait selon ses proches, décidé de faire fi du protocole et de ne pas assister à la CAN U20 du 14 février au 4 mars 2021. Une position que beaucoup tentent d’infléchir…

Une sortie honorable

Conscient qu’il ne pourra pas aller jusqu’à l’élection, Ahmad Ahmad, a choisi selon plusieurs sources de se concentrer sur sa sortie. Après avoir quitté ses bureaux dans la précipitation suite à la sanction infligée au mois de novembre dernier par le Comité d’éthique de la FIFA, il a choisi cette fois-ci, de consacrer sa courte réhabilitation à quitter le monde du football dans les meilleures conditions. « Le président va passer un long moment au Caire, il va prendre le temps de dire au revoir au personnel de l’administration centrale et avoir droit à une sorte de révérence » nous confie un responsable de l’instance. Un scénario confirmé par un autre habitué des couloirs de la CAF : « Je pense que le président est conscient que ses chances sont très minimes, mais il veut faire les choses bien. Aujourd’hui, même la FIFA souhaite participer à le faire sortir par la grande porte » précise notre interlocuteur.

 

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité