Eco/MediaLes InfosMEDIAS

ALG = Zetchi contre vents, marées et …coalisés (Lafordasse)

Lafordasse (In BOTOLA)

S’il y a vraiment un président de Fédération qui est sérieusement malmené par ses propres compatriotes
à la veille d’échéances importantes, ce week-end, à Rabat au Maroc, c’est bien le patron de la Fédération Algérienne de Football, Kheireddine Zetchi. Après avoir recouvré son droit et son honneur au bout d’un recours, introduit auprès du Tribunal Arbitral du Sport (TAS) de Lausanne, en Suisse, Zetchi a repris son bâton de pèlerin en embarquant vers Rabat, non sans avoir subi d’autres attaques diffamatoires. Les coalisés, usant toujours de mensonges et de contrevérités, ont avancé que le verdict du TAS, tombé le vendredi 5 mars 2021, n’en est pas une, puisqu’il fallait, selon leurs sources – diaboliques –, attendre jusqu’au 8 du même mois pour que le dossier de Zetchi soit traité par le TAS, car le dossier de recours a été juste enrôlé pour examen !

Tous les relais de l’ancien système ont réagi avec le même entrain, de l’aboyeur de Doha au braconnier du droit d’Alger, en passant par les autres gratte papiers et experts-consultants à la petite semaine. Malheureusement pour eux, le TAS avait déjà entériné sa décision et la CAF avait transmis la nouvelle à toutes les Associations du continent. Il ne restait, donc, à Zetchi que de prendre son billet et un avion pour rejoindre Rabat, via Paris et Casablanca, pour aller jouer aux troubles fêtes, là où quelques jours auparavant un mini ‘’congrès’’ a eu lieu et des ‘’accords’’ ont été conclus entre différentes parties en lice pour le poste de président de l’instance africaine de football. Une instance qui vit, depuis l’avènement de son désormais ex-président, le Malgache Ahmad Ahmad, l’une de ses pires crises.

Pour les coalisés, qui continuent à gesticuler et faire même l’apologie de Fouzi Lekjaâ, toute honte bue, le candidat algérien part non seulement perdant, mais va tout droit à la guillotine de l’humiliation. Des réseaux sociaux et certains sites de presse nocifs, au lieu d’être innovants et objectifs, noircissent le tableau à la veille d’une course qui s’annonce indécise et controversée, et où Zetchi a du rattrapage au Sofitel Jardin des Roses de Rabat, où les coulisses et les coups bas vont être légions. Que fera Zetchi ? Quelle sera l’attitude de la FIFA,
et plus particulièrement son président, Gianni Infantino, envers celui qu’il a, lui-même, encouragé à postuler à un siège au Conseil de l’instance mondiale du football ? Au moment où les ‘’cartes ont été distribuées’’, Zetchi était absent, et les absents ont souvent tort, dit-on. Le vaillant soldat algérien passera-t-il au rattrapage ou admettra-t-il que le train est bien passé, avec les conséquences d’écarter le pays champion d’Afrique en titre ?

Autant d’interrogations que se posent les observateurs avertis et ceux qui n’écartent pas l’option de voir Zetchi se retirer d’une partie de poker menteur, orchestrée par la FIFA et les résidus de l’ancienne CAN, sous la conduite du Marocain. En tous les cas, le président de la FAF a tout à gagner et rien à perdre, après tout ce qu’il a enduré, que ce soit de la part de ceux qui ont adopté le lynchage médiatique, comme moyen de communication, afin d’assouvir les intérêts sordides de leurs mentors, et de lâchage de sa tutelle qui, depuis sa réhabilitation par le TAS, n’a soufflé mot. Ni message de soutien et encore moins des encouragements de façade. Reste à savoir si la bonne étoile de Zetchi agira encore une fois pour faire juguler à la Issaba de l’ancien système sa rancoeur et sa haine à l’endroit d’un dirigeant qui incarne le vrai changement et le renouveau.
– LA FORDASSE

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité