AlgerieLes Infos

ALG : Une fausse et stupide bonne idée algérienne

NAZIM BESSOL

Lors de son passage sur la chaîne de télévision publique, le président toujours suspendu de la JS Kabylie, Cherif Mellal, a une nouvelle fois réitéré son désir de mettre fin au professionnalisme et revêtir le statut amateur. Un retour en arrière qu’il justifie par la situation de quasi-faillite de l’écrasante majorité des clubs et les dettes astronomiques que représentent les cotisations sociales et les charges fiscales et parafiscales accumulées depuis le lancement du professionnalisme. « Je pense que nous devons revenir à l’amateurisme, car nous ne pouvons pas être professionnels. Même nos entreprises n’ont pas d’esprit professionnel ». Une déclaration qui résume parfaitement l’état d’esprit de Cherif Mellal et de beaucoup de ses collègues présidents de clubs, à savoir que le professionnalisme rime forcement avec grosses dépenses et gros budget de fonctionnement.

Une affirmation qui n’est, bien évidemment, valable que dans des économies à fortes valeurs ajoutées, et encore … La fuite en avant que tente de vendre le patron de la JSK n’est qu’une fausse bonne idée pour atténuer une absence de stratégie et compétence dans la gestion et le management sportif. Sinon comment expliquer que le président d’un club aussi prestigieux que la JS Kabylie, censé faire partie des locomotives du football national puisse avancer une idée aussi absurde ? Au lieu de prendre le taureau par les cornes et se pencher sur la politique salariale qui plombe les finances de son club, de mettre en place une véritable politique de développement telle qu’il nous avait annoncé au moment de son arrivée au club, Mellal et à travers lui, la quasi-totalité des clubs professionnels, regardent toujours ailleurs.

Oui les dettes sont astronomiques, oui il faut couper dans le vif, oui il faut liquider et dissoudre le cas échéant certaines entreprises pour ne pas dire la majorité, mais pourquoi évoquer un retour à l’amateurisme ? Cherif Mellal en tant que président a-t-il pris la peine de parcourir le projet élaboré pas la Fédération algérienne de football pour la nouvelle saison ? L’État saigné à blanc -depuis que Mohamed Raouraoua au sommet de sa gloire sous la Issaba, a mis coûte que coûte le professionnalisme en marche- doit-il mettre une nouvelle fois la main à la poche et distribuer de l’argent public à des clubs devenus amateurs ? Non, l’Algérie de demain à besoin de mieux que ça. Si Cherif Mellal veut engager la JS Kabylie sur le chemin de l’amateurisme et faire abstraction des compétitions internationales, libre à lui de le faire, s’il le peut ! Après tout, il existe bien une division nationale amateur et à partir de la saison prochaine, la L2 le sera aussi. Les mauvais réflexes qui consistent à croire que l’État est responsable des dérives des uns et des autres, notamment en matière de gestion, doivent cesser, il en est grand temps !

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité