Eco/MediaLes InfosMEDIAS

ALG : Le monde amateur a son propre logiciel

AB. LAHOUARI

On finit souvent dans le ridicule quand on perd le sens des réalités pour sombrer dans une opposition permanente, stérile et aveugle qui fait gausser même les partisans de cette démarche. On oublie, ainsi au fil des articles, le rôle dévolu au journaliste, à savoir, être un influenceur sérieux dont la profession a tant besoin pour apporter les changements nécessaires dans tous les secteurs de l’activité nationale pour une nouvelle Algérie. A moins d’une maladie non décelée quand de telles informations saugrenues sont répétitives.

Un journal, pourtant fiable de la place, apprend à ses lecteurs que c’est la Ligue de football professionnelle (LFP), présidée par Medouar Abdelkrim et non la Ligue nationale de football amateur (LNFA), présidée par Ali Malek, qui va proposer aux 36 clubs de la L2 un projet en trois formules pour le démarrage du championnat en février prochain. Ce qui est une monstrueuse
faute. Et ce n’est pas la première fois, car si l’erreur est humaine y persévérer est coupable, et donc condamnable par respect pour le lectorat et pour la profession.

Certes, la LNFA a sollicité les clubs de L2 pour une consultation écrite, alors qu’à la fin du mois d’août dernier, la majorité des 32 présents sur 36 a opté pour un championnat classique en aller et retour, avec deux groupes de 18 clubs, sur 34 journées. Mais depuis, les données ont changé. Et quand bien même ces trois formules sont critiquables, encore faudrait- il qu’elles répondent
à une analyse sérieuse, liée aux orientations réfléchies de la FAF qui vont au-delà du résultat d’une accession, d’un match de football

Or, ce n’est pas le cas. Le choix de ces trois variantes n’est pas fortuit. Un championnat classique est irréalisable et ne répond pas à une réalité que bien d’autres pays ont réglée en fonction des facteurs économiques et techniques pour ne citer que ceux-là. Il s’agit là du monde amateur de football et les objectifs ne sont pas les mêmes. Et ne serait-ce que pour la disponibilité des clubs et des joueurs, qui ont opté pour le statut d’amateur, la solution, la meilleure, se trouve dans ces trois formules et non dans les appels sournois contre les instances du football.Alors, pour aller vers le sens du nouvel élan du football national, il faut vite changer de logiciel.
AB. LAHOUARI

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité