AlgerieLes Infos

ALG : Remettre le monde amateur au centre

AB. LAHOUARI

Il ne faut surtout pas faire rater le nouveau départ du football amateur pour éviter de tomber dans les travers du football professionnel, totalement dévoyé à cause des dirigeants, dont on relève aujourd’hui toute leur incompétence et leur gabegie. La FAF et la LNFA se doivent d’être vigilants afin que l’amateurisme ne vive pas à crédit, croule sous les dettes et toujours en attente d’une subvention de l’État algérien qui sera, certes, présente, mais dont il est plus que jamais nécessaire qu’elle soit contrôlée. Tout comme, il n’est pas question de supprimer la traditionnelle indemnité dite de «sueur» après chaque match. Ne soyons pas trop naïf !

Le football amateur a vécu de grands moments au lendemain de l’indépendance avec ses critériums, ses championnats nationaux et ses stades qui affichaient complet, avec parfois jusqu’à 40 à 50 mille spectateurs. Les dirigeants des clubs, tels que les professeurs Toumi (JSM Bordj Menaël), Reda Bensemane (RC Kouba), Bellamane Baghdadi dit Ferhat (MC Alger), les docteurs Abdelkader Hassani (USM Bel Abbès), Bencherif Abdelkader (MO Constantine) Bessol Mohamed (MC Oran), Abdelkader Khalef (JS Kabylie) et bien d’autres encore, inspiraient le respect et la passion.

Cette trempe de dirigeants faisait passer, avant tout, l’éducation et la situation sociale des joueurs. Il n’était pas question de verser des primes à la signature, parce qu’ils savaient que le football amateur ne les nourrissait pas. Bon nombre d’entre-eux, qui n’ont pas écouté leurs conseils et ont monnayé ailleurs leurs talents, se sont retrouvés sur la paille, une fois leurs carrières terminées. Ils vivent dans les regrets. En revanche, ces dirigeants et les supporters ne manquaient jamais d’intervenir financièrement quand il le fallait, lors des événements marquants (mariage, baptême, décès …).

Bref, le football amateur à un rôle à remplir, celui d’être un vivier et une passerelle vers le football professionnel. Il doit permettre à certaines corporations, comme celles des étudiants, des médecins, des avocats … de le réintégrer et d’assouvir leur passion pour ce sport. Ils n’auront pas à faire de gros sacrifices pour s’entraîner ou se déplacer. Et ce sera tout bénéfique pour la balle ronde.
AB. LAHOUARI

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité