AlgerieLes Infos

ALG : Que cent Paradou et que cent El Ankaoui fleurissent

AB. LAHOUARI

Que cent Paradou fleurissent dans notre pays ! La réussite de Zetchi Kheïreddine et de son frère, Hassan, avec l’Académie El Ankaoui et son club le Paradou, est une des conséquences directes des attaques contre sa personne et la FAF. Que ce soit dans les médias ou sur les plateaux – TV, cet exemple que l’Afrique et particulièrement nos voisins nous envie, est même zappé du débat sur le football national. Ces deux frères qui ont la passion du foot ont une vision moderniste d’une entreprise sportive basée sur le profit et non sur les subventions étatiques. Ils sont les précurseurs d’un football où l’économie tient un rôle important prenant ainsi
une certaine avance sur les partisans d’un professionnalisme anarchique, tributaire de l’argent de l’État, et donc des contribuables.

Pour la majorité des clubs professionnels, le Paradou est le mauvais exemple qu’il ne faut surtout pas citer. Il est une menace constante pour leurs intérêts, après avoir échappé à plusieurs reprises aux représailles de l’ancien fuyard de Franceville (CAN
2017 au Gabon). Ce dernier voyait en ses dirigeants, un danger permanent pour ses ambitions personnelles tant nationales qu’internationales. Et pour cause. le Paradou n’a jamais vécu au crochet de l’Etat. Il réalise les meilleurs résultats, il est rentable économiquement, ses joueurs ne connaissent pas la CRL … En une dizaine d’année, il est devenu le principal fournisseur des clubs professionnels, et principal exportateur vers l’étranger. Tout au long des saisons, la réussite du club de Hydra, le plus petit budget du foot professionnel et la politique de ses dirigeants, suscitent, convoitise et jalousie, surtout que ses jeunes frappent également à la porte des différentes sélections nationales.

Quoi de plus normal, puisque seul le travail paie. Ainsi, si on demandait à un panel de notre jeunesse éclairée quel est l’exemple à suivre pour construire l’Algérie nouvelle entre les Ali Haddad, Takhout and co…) et Zetchi Kheïredinne, nul doute que la majorité opterait pour le dernier nommé. Il représente à leurs yeux, l’exemple de la réussite dans tous les domaines. Et celui du football en particulier. Sa vision moderne de la balle ronde, bâtie sur le socle de la démocratie participative, a déjà porté ses fruits. Les réformes qu’il a fait adopter par l’Assemblée Générale (Centres de formation et non hôtel), l’habilitation et le choix des hommes basés sur la compétence nationale, l’esprit d’équipe dans les différentes commissions et non sur des « réputations surfaites », le titre de champion d’Afrique, sont autant de fleurs sur la route du renouveau. Bien d’autres sont à cueillir, surtout si cent autres Paradou et cent El Ankaoui fleurissent dans nos stades pour d’autres 19 juillet 2019.

Fermer

Adblock détecté

S'il vous plaît envisager de nous soutenir en désactivant votre bloqueur de publicité